Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Apocalypse bébé - Virginie Despentes | Page d'accueil | Les sortilèges du Cap Cod – Richard Russo »

14/09/2010

Plan social - François Marchand

La petite entreprise d’Emile Delcourt va mal : deux années de résultat négatif et aucun moyen pourplansocial.jpg mettre en place un plan social. Emile Delcourt a pourtant très envie de sauver sa petite entreprise et continuer à fabriquer des ancres marines françaises faites en France avec des salariés français et des matériaux français dans le beau département du Nord. 396 salariés, il faudrait en liquider un quart pour éviter la liquidation du tout. La solution lui apparaît bientôt, aussi limpide qu’une climatisation infestée de légionellose. Emile Delcourt s’assure de la complicité de Brunier, le délégué syndical CGT de la société, lequel comprend vite qu’il vaut mieux sauver les trois quarts des emplois. Tous deux vont mettre en place ce nouveau plan de sauvegarde de l’emploi, pour que la petite entreprise de Delcourt se refasse une santé sans passer par la case Santé.

 

Voilà un tout petit roman qui fleure bon l’impolitiquement correct et vitriole avec humour tout sur son passage.

 

Le consultant, cadre parisien parachuté par Ernst & Laverdure, à moins que ce ne soit Cap Horn (!) qui ânonne ses discours à coup de  teambuilding mâtiné de MPP (Management of Process & Performances), en prend son grade sous l’humour féroce de François Marchand (« Il faut dire qu’il était furax de s’être fait refiler une mission aussi pourrie dans un coin tout aussi pourri pour une boîte dont personne n’entendrait jamais parler. « janvier-juillet 20.. : expertise pour la société Delcourt ». Grotesque. Impossible à caser dans son CV. »).

 

Les banques (Crotale & Chacal) y passent aussi, tout comme les grands patrons parisiens du Cac 40, payés à ne rien faire si ce n’est regarder le bateau couler en attendant leurs stock options ou parachutes dorés (tiens, il faut que je réécoute la chanson de Souchon, by the way) ; sans oublier les leaders syndicaux vendus au syndicalisme corrompu et vérolé par le salariat.  Y passeront aussi la réaction des pouvoirs locaux, puis nationaux, quand cette épidémie donnera le jour à une campagne de vaccination d’ampleur nationale qui aura le mérite d’alimenter les conversations dans les dîners, de meubler les titres des journaux et, par la même occasion, d’enrichir considérablement une société pharmaceutique.

 

C’est savoureux, pimenté, délicieusement caustique : une farce piquante dans laquelle François Marchand croque tour à tour les patrons des petites entreprises et leurs difficultés face à un Etat perché dans sa tour d’ivoire, les idéaux balayés de quelques syndicats par opportunisme électoral, les consultants et leurs salaires proportionnellement inverses à leurs compétences, les pouvoirs publics…

 

Une caricature parfois acide à lire au second degré et glousser à chaque page, qui me rappelle, dans d’autres styles et thèmes tout aussi délicieux Emmanuel Pons et « Je viens de tuer ma femme » ou « Un petit boulot », de Iain Levinson.

 

Miam.

 

 

Plan social – François Marchand

Cherche Midi, 2010, 120 pages

 

 

 

Commentaires

Merci d'avoir écrit" le beau département du Nord"! Si c'est miam, ça me tente of course!:)

Écrit par : cathulu | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Lu et validé pareil :))

Écrit par : Cuné | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Un livre noté! tu confirmes mon envie!

Écrit par : clara | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Un roman bien dans l'air du temps...

Écrit par : Gwenaelle | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Bon eh bien why not alors ?

Écrit par : Stephie | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

C'est court mais personnellement j'en aurais bien redemandé un peu.
Merci pour le billet.

Écrit par : Solène | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je parle du roman bien sûr, pas de la chronique...

Écrit par : Solène | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Oui, mais... c'est déjà vu, non? On sait tout ça, on bout, on enrage mais on n'a pas de solutions! GRRR

Écrit par : La Nymphette | 14/09/2010

Répondre à ce commentaire

Il me tente bien .. noté.

Écrit par : Aifelle | 15/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ cathulu : je peux te l'envoyer
@ cuné : ;))
@ clara : lis le :)
@ gwenaelle : exactement, et qui le traite avec bcp d'humour
@ stephie : il te plairait, je pense !
@ solène : :)) ce genre d'humour tient la route quand c'est court, peut-être (et je t'en prie pr le billet, le roman m'a bcp plu donc je le dis :)
@ la nymphette : certes, on connait tout ça, mais en rire, et en rire bien, ça fait du bien
@ aifelle : je te mets sur la liste.

Écrit par : amanda | 15/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas sûre d'être attirée par le thème. Plus tard peut-être

Écrit par : zorane | 15/09/2010

Répondre à ce commentaire

Rencontré François Marchand lors des soirées littéraires de Méria pour son précédent livre... ce qui est frustrant, c'est qu'il dénonce mais qu'on arrive pas à trouver la solution pour sortir de ce marasme ! c'est ce qui est ressorti de nos échanges ce jour là ! ;-) http://lepotinoirdedoriane.blogspot.com/2010/05/limposteur.html

Écrit par : doriane | 15/09/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai eu du mal avec son premier roman...

Écrit par : Slo | 15/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ doriane : le romancier dénonce et n'a pas à proposer de solution, ce n'est pas son job). Là, il dénonce bien et avec un humour caustique qui fait passer la pilule, en quelque sorte. Je vais aller voir ton billet :)
@ slo : pas lu !

Écrit par : amanda | 17/09/2010

Répondre à ce commentaire

Jamais entendu parle mais comme tu dis, il a l'air tres 'miam' !

Écrit par : L'Ogresse | 18/09/2010

Répondre à ce commentaire

Plusieurs fois que je croise ce titre, il va vraiment falloir que je me fasse une idée.Un peu comme "le bureau vide" ?

Écrit par : le Merydien | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ l'ogresse : un petit régal, oui:)
@ le merydien : je n'ai pas lu "le bureau vide", je ne peux comparer :)

Écrit par : amanda | 21/09/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai également passé un excellent moment avec ce petit roman!

Écrit par : DF | 29/09/2010

Répondre à ce commentaire

Finalement c'est beaucoup plus jouissif que le "bureau vide".Tres tres drôle ce coté grinçant et cynique, Sans compter la reconnaissance de la lutte des classes dans ces stéréotype les plus tranchés. Lecture courte mais bonne.

Écrit par : le Merydien | 30/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ Df : le contraire auait été étonnant :)
@ le Merydien : merci d'être revenu donner votre avis sur ce livre :)

Écrit par : amanda | 01/10/2010

Répondre à ce commentaire