Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les sortilèges du Cap Cod – Richard Russo | Page d'accueil | Bifteck – Martin Provost »

20/09/2010

La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

stockette.jpg

 

C’était l’époque où JFK était encore Président, où les femmes commençaient à prendre la pilule et découvraient le Valium. C’était le temps où quelques fous furieux imaginaient que le tabac pouvait tuer ; un certain Bob Dylan chantait à la radio, et même un autre groupe de rock, avec un nom bizarre de pierre qui roule.

 

C’était le temps où Martin Luther King faisait un rêve et organisait une marche.

 

C’était le temps, dans le Mississipi, où les blanches de la bonne société employaient des bonnes noires. Et militaient pour que les toilettes des noires et des blancs soient séparées, pour éviter les risques de maladie.

 


C’était un temps aujourd’hui révolu, un temps dans lequel on s’immerge totalement, petit à petit. Un temps et une histoire dans lesquels on s’enfonce, traversés par une foule d’émotions et de sentiments différents.

 

Une histoire qui nous transporte à Jackson, petite ville du Mississipi. Clivages raciaux, mais aussi sociaux : les blancs emploient les noirs mais ne les fréquentent pas (surtout pas), les parvenus blancs sont tout autant méprisés et malgré tous leurs efforts, ne seront jamais intégrés au sein de la bonne société. Un milieu fait d’hypocrisies mesquines et de racisme hargneux que l’auteur tempère avec des moments de tendresse, de bonté. On apprendra que telle blanche accompagne sa bonne noire à l’hôpital et lui tient la main, mais n’en dira mot à ses bonnes amies sous peine de se faire réprimander ou rejeter, on apprendra l’amour que portent les bonnes aux enfants qu’elles élèvent et aiment comme les leurs. On apprendra la solidarité, l’entraide, l’amitié qui soudent les bonnes entre elles.

 

On y apprendra aussi qu’un roman qui parle de ces relations là ne doit pas s’écrire, sous peine de représailles. De représailles envers les bonnes, qui auront trahi, et son auteur, qui, lui, aura trahi sa classe.

 

On y apprendra qu’un fils de futur sénateur ne doit pas fréquenter une jeune fille qui s’intéresse un peu trop aux droits civiques.

 

Impressionnant, oui, ce roman. Il nous attache aux existences d’Aibileen, Minny et Skeeter. Ces trois femmes qui vont entreprendre, en secret, d’écrire un livre sur le sujet. Skeeter réussit à convaincre Aibileen puis Minny. Des réunions secrètes, des confessions, des discussions…

 

Kathryn Stocker dépeint admirablement les relations entre noirs et blancs alors que le Ku Klux Klan, sévit encore. Des relations de haine, d’intimidation, de colère. Et outre ces relations, c’est aussi un portrait saisissant d’une époque : Skeeter est une jeune femme désireuse d’écrire, elle ne veut pas se résoudre à la seule ambition des femmes de son époque : se marier, devenir une bonne maîtresse de maison, et n’avoir pour seule ambition que de devenir présidente d’une ligue quelconque et organiser des ventes de charité. Elle découvrira qu’elle doit s’affranchir  pour enfin assumer ses idées, prendre des risques et ne plus faire « comme si de rien n’était » et ignorer ce qu’elle voit et entend.

 

Un roman choral ou chacune des trois « héroïnes » va prendre la parole, chacune avec son style, ses mots, son instruction. Un roman non dénué d’humour car certaines scènes sont très drôles, avec une poésie grave dans le ton qui vous scotche littéralement et vous tient en haleine le cœur serré d’émotion, de colère, de rage, de tendresse.

 

C’était le temps, donc, où les noirs et les blancs vivaient à coté mais pas ensemble. Petit à petit (le roman s’écoule de 1962 environ à 1964) les temps changent, tout doucement….et c’est là que réside le talent de l’auteur : on accompagne ce changement avec l’histoire de Skeeter, Aibileen et Minny, on le vit, on tressaute, on frissonne, on tremble, on se réjouit…

 

Excellent, tout simplement.

 

 

La couleur des sentiments, Katrhyn Stockett

Ed. Jacqueline Chambon, 556 pages, septembre 2010

 

L’avis de Cuné, que je remercie d’en avoir parlé, celui de Cathulu, et celui de l'Ogresse .

 

 

Commentaires

Ca me confirme (et plus que ça) que je ne dois pas passer à côté de ce roman !
Ton billet est superbe (en même temps, c'est une habitude par ici :) )

Écrit par : Erzie | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Un livre demandé à ulike il y a des semaines (j'ai parfois du flair, hein?) mais bon, réponse habituelle, prochaine fois, etc... Bah, je pense que la bibli finira par l'acheter... Tu as lu Le temps où nous chantions, au fait ? Pas comparable, bien sûr, mais un peu.

Écrit par : keisha | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

ayant épuisé mon crédit livres je devrai attendre l'arrivée de ce livre en bibliothèque mais déjà repéré chez Cathulu ton billet le fait clignoter un peu plus fort

Écrit par : Dominique | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

très très envie de lire ce roman repéré chez Cuné aussi. tu confirmes avec un bien beau billet!

Écrit par : choupynette | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Mmmm, très tentée ! Je vais suggérer un achat à la biblio, tiens !

Écrit par : bladelor | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je crois que je n'aurai jamais la patience d'attendre que la biblio l'achète !!!

Écrit par : Joelle | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Vais-je t'étonner en déclarant que je suis très tentée aussi ? ;-)

Écrit par : kathel | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Et moi, je viens de me l'offrir :-)

Écrit par : Manu | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

un très beau billet qui donne furieusement envie de découvrir le livre en question :-)

Écrit par : yueyin | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'avais repéré et ton avis me conforte dans mon choix...

Écrit par : Hélène | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je pense que je vais aimer ce livre!

Écrit par : Mirontaine | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Une période passionnante de l'Amérique, assoiffée de nouvelles libertés et dont les ailes ont été coupées avec la disparition de Kennedy... Un livre qui doit valoir le détour, tu en parles bien en tout cas.

Écrit par : LVE | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Magnifique billet !!

Écrit par : L'Ogresse | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Hautetfort n'était pas en forme ce matin ...:) je disais donc que si ce n'était pas un succès de librairie c'était à désespérer !:)

Écrit par : cathulu | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

j'tiendrai pas jusqu'au poche...

Écrit par : juliette | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Il ne faut pas tenir, Juliette, il faut te jeter sur cette merveille de roman, surtout après avoir lu un si beau billet à son sujet :)

Écrit par : Cuné | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je vais attendre un petit peu mais c'est clair que c'est tentant

Écrit par : Kikine | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

bon il faut le lire les amis :)
@ keisha : ah mais "Le temps où nous chantions" est plus touffu, plus fourni, il y a plusieurs histoires dans l'histoire, il y a la musique, une mariage biracial, le roman s'écoule sur beaucoup plus d'années...il est dans un sens bien plus ambitieux :)

Écrit par : amanda | 21/09/2010

Répondre à ce commentaire

Le billet de Cuné m'avait donné envie, le tien ne fait que confirmer que ce roman est pour moi, j'en suis certaine!

Écrit par : aBeiLLe | 22/09/2010

Répondre à ce commentaire

Si vous vous mettez à plusieurs, mes résistances vont s'effondrer, c'est certain...

Écrit par : Theoma | 22/09/2010

Répondre à ce commentaire

il va bientôt arriver chez moi ...par la poste ...
je m'en réjouis !

Écrit par : odilette | 22/09/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai également beaucoup aimé.

Écrit par : Anna | 22/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ abeille, theoma : ne résistez pas :)
@ odilette : bonne lecture :)
@ anna : bienvenue ici :)

Écrit par : amanda | 22/09/2010

Répondre à ce commentaire

Je le note, ça a l'air vraiment sympa !

Écrit par : Maeve | 22/09/2010

Répondre à ce commentaire

C'est terrible... je viens de réaliser qu'il est dans la pile depuis sa sortie en VO et non pas dans la liste comme je le pensais. Ce qui me prouve que mes fichiers ne sont foutument pas à jour. Ce qui me dit que bon, je vais le lire!

Écrit par : Karine:) | 24/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ maeve : oui, note le :)
@ karine : ah, damned, tu DOIS le lire !!

Écrit par : amanda | 25/09/2010

Répondre à ce commentaire

Magnifique billet qui me donne encore plus envie de le lire. Il ne m'échappera pas!

Écrit par : chiffonnette | 26/09/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai lu juste la fin de ton billet parce qu'il est dans ma PAL en V.O, je voulais juste confirmer qu'il fallait vite que je le lise, après je reviendrai lire en détail (oui, ma vie est passionnante!)

Écrit par : La Nymphette | 26/09/2010

Répondre à ce commentaire

Très joli billet..., qui donne envie, objectif atteint ! ;-)

Écrit par : Noukette | 27/09/2010

Répondre à ce commentaire

@ chiff : il te plaira !
@ la nymphette : tu sais que tu peux toujours venir raconter ta vie ! et bonne lecture !
@ noukette : bonne lecture alors :)

Écrit par : amanda | 01/10/2010

Répondre à ce commentaire

Il me tarde vraiment de le lire !

Écrit par : anjelica | 06/10/2010

Répondre à ce commentaire

Ca y est, je l'ai lu. J'ai vraiment beaucoup aimé. Deux petites remarques sur ton billet:
- Le plus drôle sur l'affaire du fils de sénateur est la façon dont il est outré qu'une femme puisse "avoir des opinions"...
- Je crains que le KKK existe encore, moins visible, mais pas moins dangeureux...

Écrit par : Nymphette | 17/11/2010

Répondre à ce commentaire

Même si j'ai apprécié ma lecture, je suis un peu moins enthousiaste que la majorité...

Écrit par : anjelica | 17/11/2010

Répondre à ce commentaire

"C'était un temps, aujourd'hui révolu", dit Amanda. Huumm ! pas si sûr ! Une hirondelle ne fait pas.... Quant au livre, il est excellent dans le rendu des senitiments des deux servantes. J'espère que cela donnera à réfléchir au-delà du simple fait romanesque.

Écrit par : St-Ralph | 10/02/2011

Répondre à ce commentaire