Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quand blanchit le monde – Kamila Shamsie | Page d'accueil | Tu veux ma photo ? »

21/12/2010

La fortune de Sila – Fabrice Humbert

humbert.jpgUn restaurant. Un serveur, des couples, des familles, des amis attablés. Un milliardaire russe et sa femme, un mathématicien et son ami, un homme qui a fait fortune dans le crédit immobilier. Un enfant bouge trop et gêne le serveur, le serveur lui demande de se pousser, le père de l’enfant se lève et frappe le serveur.

 

Et rien ne se passe. Tous baissent le nez dans leur assiette, le serveur retourne en cuisine. Personne n’a bougé, personne ne s’est interposé. La vie continue.

 

Un prologue amer et parfaitement réussi pour le roman de Fabrice Humbert. Sec, nerveux, il plonge directement le lecteur en apnée et le capte sans ambages. Une scène d’ouverture qui va découler sur les personnages attablés ce jour là et leurs existences vouées à l’argent.

 

Mark Ruffle, l’homme qui a frappé, est l’archétype du profiteur roublard. Il a bâti sa fortune sur le crédit immobilier et vend des crédits aux plus faibles ; sa fortune repose sur l’exploitation des subprimes aux États-Unis. Lev est un milliardaire russe qui a profité de l’écartèlement de l’empire de Russie. Simon est une jeune et brillant mathématicien reconverti dans la finance anglaise. Autour d’eux, des femmes qui subissent et acceptent elles aussi les compromis faciles. Certaines partiront, d’autres pas.

 

Fabrice Humbert plonge le lecteur dans l’univers apparemment feutré de la finance, dans des milieux où l’argent se compte en milliards. Univers feutré en apparence, univers miroir d’un coté fastueux et de l’autre d’une violence larvée et souterraine. Ces personnages dont les routes se croiseront peu où à peine évoluent dans un monde où le pouvoir et la réussite se bâtissent sur un terreau fait d’intimidation et d’écrasement des faibles. Lev, Simon et Mark, dans une spirale infernale, oublient leurs idéaux et rêves de jeunesse pour devenir des monstres prêts à tout, la faim et la soif de pouvoir devenant toujours plus voraces. Certains se demanderont toujours s’ils ont fait les bons choix, certains hésiteront, d’autres agiront sans la moindre morale.

 

A coté d’eux, Sila, le serveur émigré du Sénégal, leur oppose la fraîcheur et l’innocence.

 

Entre pouvoir, corruptions, lâchetés et compromissions, Fabrice Humbert dessine un monde sans pitié où la corruption et la violence sont maîtresses. Ses personnages avancent avec avidité, s’interrogent, ou pas, sur leurs choix et leurs possibilités. 

 

Vendre son âme, posséder le pouvoir, accumuler sans cesse et toujours plus, mais pour quoi ? Un roman dont le style et le récit happent le lecteur et, même s’il tend à être trop professoral, à trop détailler, expliquer, donner au lecteur des clefs qu’il ne demande qu’à deviner par lui-même, s’il tombe parfois dans  l’excès d’analyse et de démonstration, n’en reste pas moins un bon roman et une découverte agréable.

 

 

 

 

La fortune de Sila – Fabrice Humbert

Le passage, août 2010, 317 pages

 

 

L’avis de Papillon : « Un roman brillant et extrêmement cruel ».

 

 

 

Commentaires

J'ai beaucoup aimé ce roman, aussi bien écrit que le précédent et l'histoire est forte.

Écrit par : Aifelle | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Il faut d'abord que je lise L'origine de la violence" qui m'attend gentiment depuis sa sortie en poche !

Écrit par : kathel | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Ah toi aussi tu trouves qu'il insiste trop sur les "leçons" morales qu'il fait passer... je trouve en plus que dans ce roman les "leçons" et les personnages sont un peu trop manichéens... Dommage j'avais été enthousiasmée par "l'origine de la violence"...

Écrit par : Hélène | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Je suis en train de le lire. Je reviens quand j'aurai terminé ;)

Écrit par : Stephie | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai d'abord à lire L'origine de la violence de cet auteur qui traine dans ma PAL depuis un moment mais celui-ci m'intéresse beaucoup ... les participantes du club lecture de ma médiathèque qui l'ont lu l'ont aussi beaucoup aimé !

Écrit par : Joelle | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Ca semble bien mais pas pour moi je pense. J'ai du mal avec la notion d'argent trop omniprésente dans les romans.

Écrit par : Karine:) | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

@ aifelle : tu as fait un billet ?
@ kathel : pour ma part, je n'ai pas lu l'origine de la violence
@ hélène : oui, je l'ai trouvé doctoral. En revanche je ne trouve pas les personnage trop manichéens.. les femmes peut-être un peu, si l'on pense à celles de Lev et Mark, mais j'ai pensé qu'elles fonctionnaient en miroir des caractères outranciers de leurs conjoints d'où leurs cotés manichéens puisqu'elles leur renvoients leurs défauts (lâcheté de Lev et brutalité cynique de Mark) (je ne sais pas si je suis claire, là :)
@ stephie, joelle : bonne lecture alors !
@ karine : alors il ne te plairait peut-être pas !

Écrit par : amanda | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Bonne idée pour noël!!!

Écrit par : enaco la voix du nord | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

IL fait partie de ceux de la rentrée que j'ai abandonné... sûrement à cause de ce côté professoral, de détails... et de milieu financier qui à vrai dire, ne m'intéressait pas du tout à ce moment là !

Écrit par : emeraude | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

L'idée de départ me plait beaucoup (malgré le côté révoltant du gars qui frappe le serveur alors que son gamin gênait le service...) cependant je risque d'être bloquée par le côté "trop de détails" car j'aime à imaginer; découvrir par moi-même. C'est d'ailleurs quelque chose que je reproche aux dessins animés d'aujourd'hui : on dit tout, on ne laisse plus l'imagination faire son travail... mais je m'égare ! Joyeux noël à toi très chère :)

Écrit par : Ankya | 25/12/2010

Répondre à ce commentaire

Un roman qui me tente beaucoup. J'avais adoré l'origine de la violence.

Écrit par : liliba | 25/12/2010

Répondre à ce commentaire

Joyeux Noël Amanda et de très belles fêtes !

Écrit par : L'or des chambres | 26/12/2010

Répondre à ce commentaire

Pas un coup de coeur pour moi. Mon avis est en ligne aujourd'hui.

Écrit par : Stephie | 27/12/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai lu l'avis de Stéphie puis le tien : je ne suis pas vraiment tentée par celui-ci, mais j'ai envie de connaître la plume de cet auteur. Je lirai son précédent, je crois l'avoir vu en librairie. ;)

Je te souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année, miss ! :))

Écrit par : Leiloona | 27/12/2010

Répondre à ce commentaire

toutes : très professoral, oui, trop parfois, mais si l'on excepte ce point, j'ai bcp aimé et je vais lire le précédent, sans aucun doute :) (joyeux noël aussi, au fait) (ah zut, c'est passé, je ne réponds vraiment pas assez vite aux commentaires)(bonne fêtes alors :)

Écrit par : amanda | 30/12/2010

Répondre à ce commentaire

Eh, pourquoi pas ? Mais l'histoire noyee dans les details m'inquiete un peu...

Écrit par : L'Ogresse | 30/12/2010

Répondre à ce commentaire