Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Blonde – Joyce Carol Oates | Page d'accueil | Des clous – Tatiana Arfel »

07/01/2011

L’attente du soir – Tatiana Arfel

arfel.jpgLe môme, Mademoiselle B, Giacomo.

 

Giacomo le dresseur de caniches qui parle et qui raconte la vie du cirque, la solitude, les soirées passées à faire rêver, à allumer quelques étincelles dans les yeux des spectateurs, étincelles de plaisir, jeux d’ombres et de lumières pour apporter un peu de joie dans les villes tristes qu’ils traversent, brinquebalant leur chapiteau branlant de vieux cirque fatigué. Giacomo dont les yeux ne sont que douceur.

 

Mademoiselle B, la femme grise, sans vie, sans amis. Mademoiselle b qui a grandi sans le regard de ses parents pourtant présents, mais qui ne la regardaient pas. Mademoiselle B devenue transparente aux yeux de tous y compris les siens. Mademoiselle B qui évolue dans un halo de brume, invisible et aveugle à la vie, aux autres, à elle-même.

 

Et le môme, enfant des rues, enfant du terrain vague où il a grandit, seul, avec un chien. L’enfant qui ne parle pas, l’enfant qui aboie parce que le seul regard qui l’ait aimé est celui d’un chien. Le môme qui peint inlassablement avec du sang, de la boue, des feuilles d’arbre, les tâches et les ombres qui obstruent sa mémoire. Qui est-il ? D’où vient-il ?

 

Que dire de l’attente du soir qui n’ait déjà été dit ? C’est un roman choral ou chacun prend la parole (sauf le môme, bien sûr, pour qui Giacomo parle et raconte, maintenant qu’il sait, ce qu’a été sa vie). Un roman dont chaque mot, chaque phrase, est recouvert de poésie, chaque page fait frissonner ou frémir.

 

Un conte étrange où la magie côtoie la solitude, où la lumière côtoie la nuit, où la joie côtoie la tristesse. Tour à tour, le lecteur écoute les récits, se fond dans l’histoire de ces trois êtres perdus et seuls (Giacomo, malgré les quelques artistes qui l’entourent, n’a pas réellement vécu, ni fondé un véritable foyer). Un conte étrange où des être fantomatiques vont peu à peu renaître et réapprendre à vivre. Apprendre à vivre, puisqu’ils ne savaient pas qu’ils étaient en vie. Même si l’intrigue elle-même se devine rapidement, même si le lecteur fera très rapidement le lien entre les personnages, même si tout reste au final très attendu, on se laisse malgré ça bercer par la poésie du style et la puissance évocatrice de la plume de Tatiana Arfel.

 

 

L’attente du soir, Tatiana Arfel

Ed José Conti, collection Merveilleux, octobre 2009, 325 pages

 

Les avis de Papillon, Cuné, Caro[line], Fashion, Dominique, Cathulu

 

06:05 Publié dans *Litterature Française* | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

"la puissance évocatrice de la plume de Tatiana Arfel" : je suis tout à fait d'accord avec toi ! J'ai été soufflée par l'écriture qui portait cette histoire. Elle vient de publier son deuxième roman mais tant la forme que le contenu ont l'air très différent.

Écrit par : Laurence | 07/01/2011

Répondre à ce commentaire

Depuis le billet de Laurence à sa sortie, je ne cesse de lire de très bons billets sur le roman. Il faudrait que je le lise un jour. Mais mes envies sont bien trop importantes par rapport à ma capacité de lecture...

Écrit par : Stephie | 07/01/2011

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu aussi, c'est un fabuleux roman (et un premier roman, tu imagines, quel talent!)

Écrit par : keisha | 07/01/2011

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup votre billet, vraiment très bien écrit qui donne envie de découvrir ce texte. Et les commentaires ne font qu'ajouter à cette envie, merci !

Écrit par : Cécile | 08/01/2011

Répondre à ce commentaire

@ laurence : pas lu son deuxième roman !
@ stephie : je ne peux te passer mon exemplaire, je le tiens du club de lecture, mais demande le à l'une des parisiennes
@ keisha : hâte de lire le second alors !
@ cecile : je vous en prie !

Écrit par : amanda | 08/01/2011

Répondre à ce commentaire

Il faut vraiment que je découvre cet auteur!!! je note très précieusement!!

Écrit par : lancellau | 08/01/2011

Répondre à ce commentaire

Tiens, tu me donnes envie, là. Le roman m'avait tentée au départ puis j'avais dit que bon, plus ou moins. Et me revoilà tentée. La blogo est remplie de pièges.

Écrit par : Karine:) | 08/01/2011

Répondre à ce commentaire

Très beau billet, Amanda ! Tu me donnes envie de relire ce roman.

Écrit par : Caro[line] | 08/01/2011

Répondre à ce commentaire

La couverture me parle ... je me demande s'il n'est pas dans ma PAL !!! Je le note pour vérifier ;)

Écrit par : Joelle | 11/01/2011

Répondre à ce commentaire

@ lancellau : yep :)
@ karine : tu pourras l'emprunter bientôt si tu veux à l'une des filles ?!
@ caro : thanxs miss ;)
@ joelle : s'il est ds ta pal, exhume le vite ;)

Écrit par : amanda | 11/01/2011

Répondre à ce commentaire

@ lancellau : yep :)
@ karine : tu pourras l'emprunter bientôt si tu veux à l'une des filles ?!
@ caro : thanxs miss ;)
@ joelle : s'il est ds ta pal, exhume le vite ;)

Écrit par : amanda | 11/01/2011

Répondre à ce commentaire