Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Générosité – Richard Powers | Page d'accueil | Aller chercher demain - Denise Chalem, Mise en scène Didier Long, Petit Théâtre de Paris »

29/03/2011

Close your eyes – Amanda Eyre Ward

 

closeyoureyes.jpg

Deux enfants, frère et soeur, Alex et Lauren. Une nuit étoilée, il dorment dans la cabane que leur père a construite dans le chêne de leur jardin. Izaan, leur père, et Jordan, leur mère, reçoivent des amis. La nuit est douce mais le matin sera terrible : Izaan a tué Jordan après une violente dispute.

 

Près de vingt ans après, alors que leur père purge une peine de prison et qu'Alex reste persuadé de l'innocence de son père, Lauren, elle, refuse tout contact avec ce dernier.

 

On retrouve les thèmes déjà présents dans « A perte de vue » : l'enfance brisée par un événement douloureux, la difficulté à survivre, le doute, la peur de s'engager. Comme dans son deuxième roman, un élément de la fratrie refuse de baisser les bras tandis que l'autre ne veux pas revivre le passé et préfère oublier, sans réussir à trouver la paix.

 

Amanda Eyre Ward décrit avec subtilité la douleur et l'impossibilité de survivre, de se construire après le drame. Pas de fioritures, pas de pathos, seuls les agissements de Lauren symbolisent ses freins et l'on ici retrouve ce qui fait la touche d'Amanda Eyre Ward et que j'apprécie.

 

Ici, "Close your eyes"  mélange intrigue policière et drame familial, puisque arrivera dans la deuxième partie du roman un autre personnage, Sylvia, qui pourrait apporter un nouveau regard sur le meurtre de Jordan. Sylvia dont l'enfance a été marquée par l'influence insidieuse de son amie Victoria. Sylvia a quitté son compagnon et part, enceinte, pour rejoindre Victoria, chez qui elle croit pouvoir trouver refuge.

 

L'alternance de chapitres entre les récits concernant Lauren et Sylvia donne au roman un rythme lent à démarrer, on s'ennuie un peu dans ces deux histoires qui semblent ne jamais de relier. Petit à petit néanmoins, l'éclairage se fait sur les événements et le roman devient plus touchant, les liens entre les deux personnages, Lauren et Sylvia, commencent à s'esquisser au fil de leurs vies que l'on découvre.

 

Que ce soient Lauren et sa difficulté à vivre, à s'épanouir dans une relation (elle refuse d'accepter d'épouser son ami en pensant que tout mariage finit inéluctablement par une tragédie) ou Sylvia, dont on découvre petit à petit l'enfance et ses relations difficiles avec sa meilleure amie (qui l'étouffe) ou sa difficulté à se construire par absence de repères paternels, les personnages d'Amanda Eyre Ward sont  des caractères toujours finement ciselés. Néanmoins, je suis restée indifférente à cette histoire, la trouvant touchante par moments, lassante à d'autres, et au final sans grande surprise tant la fin est attendue.

 

 

L'avis de Cuné

 

 

 

Close your eyes, Amanda Eyre Ward

Harper Press, 2011, 251 pages, VO

 

06:13 Publié dans *Litterature Anglo-saxonne*, Lectures VO | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

A perte de vue est un EXCELLENT souvenir, très fort, encore très présent. Plus rien d'elle ne m'a touchée depuis.

Écrit par : Juliette | 29/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai trouvé que Lauren était peu attachante, au final, c'est sans doute ce qui nous retient, qui ne nous permet pas d'entrer complètement dans le roman.

Écrit par : Cuné | 30/03/2011

Répondre à ce commentaire

Tu m'as déjà fournie en titres de cette auteure que je n'ai pas encore découverte ... du coup, je vais me contenter de ceux que j'ai déjà notés grâce à toi et oublier celui-ci qui n'a pas l'air d'enchanter beaucoup de monde !

Écrit par : Joelle | 30/03/2011

Répondre à ce commentaire

@ juliette : oui, très bon, j'ai préféré Le ciel tout autour, mais depuis ces deux là, les autres ne sont pas aussi bons.
@ cuné : j'ai bien aimé Lauren au début, ce qu'elle dit sur son père, les souvenirs, cette nuit là... mais ensuite tout retombe un peu... et pareil pour Sylvia, sa dépendance vis à vis de Victoria... cette amitié bancale... bref, AEW est restée trop en surface à mon sens.
@ joelle : oui, commence par les autres, surtout :)

Écrit par : amanda | 31/03/2011

Répondre à ce commentaire

Bon... je choisirai autre chose pour découvrir l'auteur, alors. Un de ceux que tu as adoré!

Écrit par : Karine:) | 03/04/2011

Répondre à ce commentaire

@ karine : oui, essaie avec Le ciel tout autour ou A perte de vue :)

Écrit par : amanda | 05/04/2011

Répondre à ce commentaire