Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nager sans se mouiller – Carlos Salem | Page d'accueil | En vrac et au hasard... »

11/04/2011

The anniversary man - RJ Ellory

the anniversary mn.jpg

 

« Hell, I live in New York. Every one seems crasy to me. »

 

 

On pourra dire que des histoires de serial killer, on en a lu tant et tant que bon ben quoi, voilà, on ne voit pas pourquoi R.J. Ellory réussirait à faire de The Anniversary Man quelque chose de différent, de neuf, de mieux que untel, de plus mieux bien que tel autre etc. Ouaip. Certes. D'ailleurs, l'intrigue générale reste classique : un tueur en série joue les copycat à New York, un flic, Ray Irving, se remet difficilement de la mort de sa compagne, une jeune journaliste Karen Langley, spécialisée dans le crime, va travailler avec Irving. Le tueur manipule diaboliquement la police et les suspects ne sont jamais ceux que l'on pense.

 

Le tueur en série, le flic, la journaliste, rien de spécialement original, donc. Mais RJ Ellory travaille des personnages, les cisèle, les rend présents, palpables. Et puis il y a John Costello, qui travaille auprès de Karen comme assistant de recherche. John a réchappé de justesse, quelque vingt ans auparavant, à un serial killer, the Hammer of God. Comment refaire a vie quand on a vu, à seize ans, sa petite amie massacrée sous ses yeux ? John ne sera jamais le jeune homme insouciant qu'il était. Depuis vingt ans, il travaille au New York City Herald, connaît tous les meurtres et les affaires de tueurs en série, et c'est lui qui va reconnaître en ces divers assassinats les copies conformes de meurtres survenus des années auparavant. Chaque « copie » ayant lieu à la date anniversaire précise de son modèle, les détails, même les plus infimes (de l'âge de la ou des victimes jusqu'à ses vêtements), sont reproduits à l'identique.

 

La narration, avec des chapitres courts, se concentre sur Irving, Costello et Karen et le lecteur va suivre l'enquête de leur point de vue. Il y a dans la plume de RJ Ellory une façon très personnelle de modeler ses personnages, de créer une intimité entre le lecteur et les acteurs de ses romans, de faire entrer le lecteur dans son intimité, son passé, ses pensées. Ici, Ray Irving n'est pas seulement un flic dépassé par les événements (les meurtres ont lieu dans des districts différents de New York et il faudra que Costello éveille l'attention des policiers avant qu'ils fassent le lien entre eux).

Le flic est aussi un homme qui s'interroge sur sa vie, son enquête, sa relation avec le meurtre et les tueurs (Ellory cite d'ailleurs souvent Capote et De sang froid). Sans compter ces pages qui se tournent fébrilement, ces meurtres que l'on attend en frémissant (j'ai tremblé avec la famille Allen), ces interrogations qu'Ellory distille sans arrêt, ces fausses pistes et ces chausse trappes qu'il ouvre et ferme sans arrêt, toutes ces pages qui font et défont les pistes qu'on se prend à imaginer, créer, deviner ou plutôt croire deviner, pour repartir rapidement bredouille et tout aussi perdu. Comme Iving.

 

Un bon page turner, donc, avec une petite réserve pour la fin, pas assez étayée à mon sens, mais, bon, ne pinaillons pas, ça reste un Ellory de très bonne facture.

 

Les avis d'Amélie Bertrand, de Cuné (merci pour le prêt), de Val, de Aupolicierchinois.

 

 

 

 

The anniversary man, RJ Ellory -VO

Orionbooks, 452 pages, 2009

Commentaires

Bon bon bon bon, j'avoue... je n'ai jamais lu cet auteur. Ca a l'air grave, docteur... :((

Écrit par : LVE | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bon bon bon bon, j'avoue... je n'ai jamais lu cet auteur. Ca a l'air grave, docteur... :((

Écrit par : LVE | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

Il est dans ma PAL, acheté en VO cet été parce que je l'avais repéré chez une blogueuse (je ne sais plus où mais elle n'est pas dans les liens que tu références sur ce titre). Mais le pauvre, depuis, il m'attend toujours !

Écrit par : Joelle | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

@Joëlle : a mon avis c est chez moi!! Je n ai pas arrête de crier partout que c était mon préfèré de ellory!! Mais je l ai lu il y a un bout de temps maintenant, je ne sais meme plus si c est sur mon ancien blog ou mon actuel...
Et pour Amanda, je comprends que tu aies été déçue par la fin, moi au contraire, ca m a vraiment plu!

Écrit par : Emerade | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

C'était mon premier Ellory et ce fut une vraie déception mais comme le monsieur, rencontré ausalon du livre de Paris est charmant, je retenterai l'expérience avec Seul le Silence.

Écrit par : Valérie | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

Quand je pense que je n'ai toujours pas lu Seul le silence..., et les autres d'ailleurs... Je remédie à ça dès que possible !

Écrit par : Noukette | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

Idem que Noukette...ca donne envie d'y remédier dès que possible

Écrit par : Fanny | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

Marre de tous ces gens qui lisent en VO les bouquins en avant-première ! :)))

Écrit par : choco | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

@ LVE : oui, grave tu devrais t'y mettre :)
@ Joelle : ah mais n'attend pas !
@ emeraude : c'est l'identité du tueur qui m'a laissé pantoise, il tombe presque du ciel.
@ valérie : oui, tente avec seul le silence (ou Vendetta, mon préféré, mais ça reste personnel :)
@ noukette : oui !
@ fanny : pareil qu'à noukette alors :)
@ choco : je ne sais pas du tout quand il sera traduit (il est facile à lire tu sais)

Écrit par : amanda | 13/04/2011

Répondre à ce commentaire

Non je t'assure c'est vraiment inenvisageable ! :)

Écrit par : choco | 13/04/2011

Répondre à ce commentaire

Ellory est un auteur que j'affectionne tout particulièrement. Depuis que j'ai découvert "Seul le silence" (qui a fait directement son entrée dans mon top 10 personnel), j'ai lu tous ses romans traduits à ce jour. Malheureusement il n'y en a que 3 et j'attends patiemment que les autres romans soient traduits.

Une plume vraiment particulière, un style à part.

Écrit par : Nelfe | 13/05/2011

Répondre à ce commentaire

@ choco : alors patience :)
@ nelfe : je suis entièrement d'accord, RJE a véritablement un style bien à lui (j'ai moins aimé son dernier roman traduit, ceci dit)

Écrit par : amanda | 16/05/2011

Répondre à ce commentaire