Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La vie commence à 20h10 – Thomas Raphaël | Page d'accueil | Le dîner – Herman Koch »

11/08/2011

Un traitre à notre goût - John Le Carré

lecarrécouv.jpg« Elle est dans le sous-sol de Bloomsbury, elle, la compagne de Perry pour la vie soudain devenue son excédent de bagages, indésirable pour ce voyage. »

 

Soleil, argent, mafia russe, parties de tennis caniculaires, yachts et blanchiment d'argent. On y ajoute aussi un couple d'anglais bon ton, des agents secrets, Londres, Paris, une jeune fille de 16 ans belle et enceinte, un peu de sang et de représailles, du repentir et de la vengeance... Beaucoup de choses ? Trop ? Eh bien non car John Le Carré maîtrise de bout en bout ce roman à la fois tentaculaire dans son intrigue (en tous cas pour les néophytes du roman d'espionnage comme moi) et limpide dans ce qu'il raconte : corruption, lâchetés, veuleries, et surtout blanchiment d'argent : la noirceur du monde actuel s'étend et s'étale sur toutes les couches de pouvoir, qu'il soit officiel ou non.

 

Mais revenons un peu à l'intrigue, quand même. Deux jeunes anglais bon ton, donc, sont en voyage aux Antilles. Ils sont conviés par un richissime russe à une partie de tennis. Voilà pour la rencontre. Deux mondes qui s'ignoraient et notre jeune professeur de lettres et son avocate de compagne deviennent les confidents d'un mafieux russe, voire les récipiendaires d'une surprenante confession. Dima le russe veut vivre en Angleterre, il doit pour cela bénéficier de la protection des services secrets, et Perry et Gail seront ses messagers. De retour en Angleterre, les tourtereaux encore ébahis d'être mêlés à tout ça rencontrent des agents des services secrets très avides d'en apprendre un peu plus sur Dima.

 

Ce qui est impressionnant, avec ce traître à notre goût, c'est la maîtrise de la narration : une construction en « spirale », en quelque sorte : le roman commence par la rencontre entre Perry Gail et Dima, se poursuit par les interrogatoires entre Perry, Gail et Luke et Hector, ou Yvonne encore, les agents secrets des renseignements britanniques. Des flashs backs qui s'enchaînent avec brio, le tout parfaitement rythmé : on se laisse complètement prendre par le récit, on se perd parfois, un peu, on reprend le fil et on s'attache à Perry, ses doutes, ses hésitations, sa fascination pour Dima, tout comme on ne peut s'empêcher d'aimer Dima avec ses failles et – même – ses détestables défauts. Tous les personnages sont parfaitement croqués, les secondaires bénéficient tout autant de la même attention de l'auteur, tous deviennent indispensables et trouvent leur place dans le roman. Un vrai plaisir souligné par ce style limpide, décontracté et pourtant bien précis, souvent drôle au détour d'une phrase avec piquées là, l'air de rien, une petite pique, une petite perle qui nous font sourire.

 

Un vrai plaisir donc, auquel il faut parfois s'accrocher pour ne pas décrocher, justement à cause de la construction complexe ou tout simplement à cause du thème, mais qui mérite le détour et m'a furieusement donné envie de découvrir d'autres romans de Le Carré.

 

 

 

Un traître à notre goût, John Le Carré

Seuil, 373 pages, mai 2011

Commentaires

MERCI Amanda je note ce livre que vous m'avez donné envie de lire dans un futur proche....en attendant de voir descendre ma "PAL"
Bel été à vous !
JADE

Écrit par : JADE | 11/08/2011

Répondre à ce commentaire

je n'en ai pas lu beaucoup de lui mais j'ai beaucoup aimé "la constance du jardinier". je note celui-ci ...pour une prochaine vie!:)

Écrit par : cathulu | 11/08/2011

Répondre à ce commentaire

Jamais lu de Le Carre mais L'Ogre est fan. Apres ton billet, j'ai bien envie d'essayer...

Écrit par : L'Ogresse | 11/08/2011

Répondre à ce commentaire

Je n'ai rien lu de Le Carré mais envie de lire "The constant gardener" après avoir vu le film.

Écrit par : La Plume et la Page | 11/08/2011

Répondre à ce commentaire

J'me suis toujours demandé si John Le Carré n'était pas plutôt un scénariste qu'un écrivain...

Écrit par : LVE | 12/08/2011

Répondre à ce commentaire

Vu qu'il me faut des jours pour lire un simple roman pas compliqué, je vais éviter de me lancer dans celui-ci en ce moment ... sinon, je ne vais rien comprendre à l'histoire ni en suivre le fil !

Écrit par : Joelle | 12/08/2011

Répondre à ce commentaire

Jamais lu mais ravie de voir du mouvement par ici ;)

Écrit par : Stephie | 12/08/2011

Répondre à ce commentaire

Cela fait longtemps que je n'ai rien lu de John Le Carré, et ce roman me donne bien envie d'y revenir !

Écrit par : kathel | 12/08/2011

Répondre à ce commentaire

Mon papa lecteur est fan, j'ai trouvé son prochain cadeau...! ;-)

Écrit par : Noukette | 15/08/2011

Répondre à ce commentaire

@ jade : merci à vous
@ cathulu : la constance du jardinier est sur ma liste (mais j'ai un si bon souvenir du film que je me pose un peu la question..)
@ l'ogresse : tu me diras :)
@ la plume : tentée aussi... et prudente aussi car peur d'être déçue
@ LVE : celui ci ferait un très bon scenario... ensuite, tout dépend du réalisateur, tu le sais bien :)
@ joelle : il faut garder le fil, oui, alors attend un peu :)
@ stephie : merci ma belle, mais le mouvement sera encore apathique, tu sais :)
@ kathel : bonne lecture alors:)
@ noukette : chic alors j'espère qu'il aimera :)

Écrit par : amanda | 18/08/2011

Répondre à ce commentaire

Pareil, j'aime beaucoup cet auteur! J'ai rarement été déçu!

Écrit par : Marc | 28/11/2011

Répondre à ce commentaire