Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2010

Pourquoi,

Parce que c’est drôle, décomplexé, joyeux, facétieux, badin, espiègle, piquant, malicieux, et taquin,

 

Parce que je suis une adepte du haussement de sourcil et du frémissement,

 

Parce que j’aime aussi l’enthousiasme et l’exubérance,

 

Parce que j’en ai envie,

 

Parce que c’est ainsi.

 

Charte.jpg

 

 

06:00 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

19/05/2010

Du pain, du Saint Julien, un bouquin

C'est quoi un blog de lecture ?

 

Un blog, c'est une part de plaisir. Et ça ne devrait être que ça. Uniquement ça.

 

Plaisir de lire et de partager autour de cette passion / loisir / passe-temps / désir / besoin /nécessité, rayez la mention inutile en fonction de vos motivations.

 

Il y a des milliers de lecteurs. Un même livre peut avoir plusieurs lecteurs. Ceux qui l'aimeront d'amour, ceux qui y chercheront (et y trouveront, ou pas) une réponse, une façon différente de penser, un éclairage sur tel ou tel fait, telle ou telle société, ceux qu’il fera bailler aux corneilles, ceux qui auront envie de le balancer rageusement à travers la pièce, ceux qui se diront mouais-bof...

 

Chacun de ces lecteurs a le droit inaltérable de penser ce qu'il pense. Et a donc le droit de le dire. De le dire à sa façon, comme il le veut.

 

Personne n'a le droit de fustiger untel ou une telle parce qu'il n'a rien compris, parce qu'il est niais, n'a pas fait les études nécessaires ou n'a pas le « bagage » utile.

 

Les livres me font rêver, réfléchir, frémir, agir, aimer, désirer, haïr. Les livres m’ouvrent d’autres portes. Ils me font voyager, ils me font penser différemment, me font m'interroger. Les livres m’ont davantage enrichie, formée, transformée que tout ce que la vie a pu m’apporter jusqu’à présent. Même si je ne suis pas une vieille fille qui n’a que les livres dans sa vie, pour reprendre certains clichés malséants. J’ai plein d’autres choses, une famille, un mec, un enfant, des amis, une formation, une profession, des activités, mais les livres, c’est justement tout le reste.

 

Les livres m’ont ouvert des portes que je n’aurais jamais osé ou même pensé à franchir. Les livres ont fait de moi ce que je suis, c'est-à-dire quelqu’un de différent, quelqu’un qui pioche en eux de quoi se nourrir, s’abreuver. De quoi grandir, de quoi ETRE ce que je suis.

 

Et je crois que même à quatre-vingts ans, si je suis encore de ce monde et pas totalement presbyte ni aveugle, ils continueront à me faire grandir. Grandir dans ma tête et dans le regard que je porte sur les autres, le monde, la vie, et sur moi, aussi.

 

On grandit avec la vie, les événements, les malheurs et les joies, on grandit, heureusement, on mûrît, mais les livres apportent un petit quelque chose en plus. Ce petit quelque chose qui justement ne fait pas partie de notre univers, ce qui nous permet de capter l’insaisissable, le lointain, l’éphémère, qui grâce aux livres viennent s’échouer à nos pieds. Ce qui nous est offert et qu’il suffit de saisir goulûment, de humer, de palper, de sentir, pour se l’approprier et le faire sien. S’en imprégner pour en faire un élément de soi. Un élément du socle sur lequel on se construit indéfiniment.

 

Voyage, histoire, rêve, autre mode de pensée, ouverture au monde : chacun va puiser ce dont il a envie ou besoin. Chacun captera ce que son être, sa personnalité, voudra prendre et s’approprier.

 

Je lis pour moi. Egoïstement, avec l’avidité de celle qui va se nourrir des mots qu’un autre lui aura murmuré à l’oreille. Avec urgence, avec gourmandise, avec l’humilité de celle qui sait avoir encore tant à apprendre, je me nourris des mots des autres.

 

Et tout aussi égoïstement, je blogue un peu pour moi. Pour transcrire ce que J'AI ressenti, aimé ou détesté. Pour transmettre ce que J'EN ai retiré. Pour partager, pour donner... MA lecture. Contradictoire, sans aucun doute. 

 

Bloguer, c’est donner une petite part de soi. En se livrant, en livrant son ressenti, on livre forcément une partie de soi. On livre sa vision et donc un peu de ce qu’on est.

 

Il m'est arrivé d'avoir mal, d'être attristée, quand un autre bloggueur a démoli un livre que j'ai aimé. Parce que ces sentiments, ces impressions, que j’avais partagées, étaient les miennes. Elles reflétaient ce que j'avais ressenti profondément, presque viscéralement, avec sincérité et humilité.

 

Il m'est arrivé aussi de ne pas comprendre ce qu'un autre blogueur avait pu trouver de bien ou d'intéressant, à un roman que pour ma part j'avais trouvé totalement inutile, voire navrant dans certains cas.  Mais c'est ainsi. J’ai parfois eu mal au cœur de dire « du mal » d’un roman, alors qu’une amie avait écrit l’avoir aimé, dévoré. Mais jamais je n’ai considéré comme stupide quelqu’un qui aime ce que je n’aime pas. Je respecte trop ce rapport à la lecture, cette intimité, cette fusion. Je ne dirais jamais que, puisque je n’ai pas aimé un livre, les autres doivent aussi passer leur chemin, l’éviter. Au contraire. Au contraire.

 

Je n'ai en aucun cas le monopole du goût ni la science infuse. Je ne détiens aucune vérité. Je ne supporte pas que l’on fustige ceux qui pensent différemment. Je ne supporte pas que l’on se croie au dessus des autres. Je ne supporte pas que l’on fasse sciemment de la peine en arrosant ce que l’on considère comme la plèbe d’un mépris nauséabond.

 

Il y a ceux qui aiment un livre pour son atmosphère,

Ceux qui l’aiment pour son histoire,

Ceux qui l’aiment pour son style,

Ceux qui l’aiment pour ses personnages.

Et pour un nombre incalculable d’autres raisons.

 

Et chacun de ceux là a droit de dire son enthousiasme à sa façon : en hurlant, en criant, en souriant ou en gloussant puisque c’est parfois ce qui fait bondir les biens pensants.

 

Je ne glousse pas souvent, je suis trop réservée pour ça et je ne saurais pas le faire avec talent (sauf si c’est pour un certain pêcheur du Maine, mais là n’est pas la question).(« sauf si » c’est pour glousser, par pour « avec talent », hein, (relisez si vous voulez)) Je ne glousse pas souvent mais je souris toujours avec plaisir quand je vois l’enthousiasme généreux de ceux qui osent le faire.

 

Ils ont le droit inaliénable, de le faire. Et nul n’a le droit de les juger pour ça.

 

C’est petit, c’est mesquin.

 

C’est refléter un esprit pétri par une morgue affligeante. C’est faire preuve d’arrogance malséante et d’amertume fielleuse.

 

S’octroyer le monopole de la bonne façon de parler des livres !

 

Ben voyons !

 

Est-ce que je m’interdis de parler du Saint Julien dans les dîners, moi ? Non, je dis ce que j’en pense, c'est-à-dire que je déguste avec bonheur sans chercher à expliquer pourquoi j’aime son parfum de mûres et de fraise, son amplitude gouleyante, sa caresse sur mon palais, la pureté de sa robe. Je me ressers en clamant que j’aime ce vin au-delà de tous les autres*.

 

Quand un blog ne me plait pas, je n’y vais pas. Je ne sais pas de quoi il parle et je m’en fiche. Point. Parfois, même, ça ne m’empêche pas d’apprécier la personne qui le tient. C’est juste que nous sommes et pensons différemment, que nous aimons des livres différents. Je ne la juge pas pour autant. J’aimerais tant que certains en fassent de même, au lieu de gloser, de se gausser, d’épier et de médire.

 

Enfin bref, comme disait l’autre, « quant au mois de mars, je le dis sans aucune arrière pensée politique, ça m’étonnerait qu’il passe l’hiver ».

 

 

 

 

 

* avec modération, rassurez vous, je préfère savourer lentement mais sûrement. Et on ne s’en offre pas à tous les dîners, dommage. Ceci dit, si quelqu’un veut m’offrir un Ducru-Beaucaillou ou un Branaire Ducru…

02/04/2010

Salon du livre 2010

Autant le dire tout de suite, je n’aime pas les salons. Trop de monde, de sueur, de chaleur, de piétinement, peu de conseils… j’ai de plus une sainte horreur de faire la queue plus de quelques minutes pour une dédicace (dans la mesure où j'ai vraiment envie d'une dédicace) et je préfère de toute façon soutenir mon libraire. Et puis essayez de discuter avec un auteur quand 20 personnes attendent derrière vous...

 

Bref, du coup, si ce n’est pour voir les copines, je préfère m’y rendre en semaine, quand les allées sont moins envahies et l’air plus respirable.

 

Mardi donc, je me suis rendue au salon. J’ai retrouvé Aifelle le temps d’un trajet en métro puis nous nous sommes séparées pour errer au grès de nos envies et intérêts, en nous promettant de nous retrouver plus tard.

 

L'avantage du jour de semaine, c'est que les allées sont peu encombrées. Enfin, c'est sans compter les enfants et ados. Ici, un conteur happe une ribambelle de bambins jaune 020.jpgattentifs, là des gamines débattent sur Tara Duncan ou Stephanie Meyer pour les plus âgées sous l’œil attentif de leurs enseignantes. Je dois dire que voir des scolaires envahir les stands de L’école des Loisirs ou Gallimard Jeunesse fait plaisir à voir. Même si, en voulant honorer les commandes faites par fifille, j’ai du presque battre des coudes pour accéder au graal et ai failli disparaître sous des presque plus grands que moi... (la prochaine fois je m'habille en dame et me force à mettre des talons très hauts...;).

 

Des d’jeuns, donc, qui semblaient ravis d’être là, feuilletaient, lisaient, échangeaient, achetaient… On dit que les jeunes ne lisent plus ? A priori, pas ceux que j’ai croisés hier…

 

 

 

Lire la suite

06:04 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (37) | |  Facebook

30/03/2010

Celle qui savait dessiner...

Un petit billet pour faire un peu de publicité pour le tout nouveau blog de la jolie Marjo…

Marjolaine a quinze ans, elle est en première et hésite encore quant au chemin qu’elle prendra plus tard. Assurer et continuer sur sa lancée scientifique ou faire réellement ce qu’elle aime et… devenir illustratrice.

 

Toujours est-il que Marjo a du talent, qu’en plus elle est sympa, et qu’en plus je l’aime bien.

 

Une jolie dresseuse d’ourson (si si, elle dresse les oursons (enfin, au théâtre !) (car, en plus, elle fait du théâtre, et c’est comme ça que nous nous sommes connues)), dont j’ai envie de parler aujourd’hui.

 

Des portraits, des BD… un peu de poésie, de la fraîcheur et pas mal de maturité…

 

C’est ici que ça se passe : Blog de Marjolaine, Rêves dessinés.

 

 

 

Je t’embrasse, ti’te belle-sœur !

Griselda

08:33 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

31/12/2009

PRIX DU MEILLEUR POLAR DES LECTEURS DE POINTS

Une petite info en passant, concernant un nouveau Prix Littéraire…

 

polar.JPG

 

lancé par les éditions Points, qui récompensera le meilleur roman Noir, Thriller ou Policier des collections Points.

 

A compter du 3 janvier 2010, une sélection de neuf titres sera progressivement annoncée, sur le site Meilleurpolar.com ou dans toutes les bonnes librairies. La sélection s’étalera sur plusieurs mois et les neuf titres sélectionnés seront progressivement dévoilés.

 

Pour faire partie des trente membres du jury, présidé par Arnaldur Indridason, il suffit de poser sa candidature sur le site www.meilleurpolar.com avant le 31 mars 2010. La sélection sera finalisée et annoncée début avril. Le prix sera attribué en novembre 2010.

 

Voilà, c’est tout… amateurs de romans noirs, de thrillers, de policiers… à vos claviers ;)

 

Et, au fait.... bonne année bonne santé et tutti quanti :)

06:54 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (43) | Tags : prix littéraire, éditions points, polar, roman noir, thriller.. | |  Facebook

21/12/2009

Billet à la va-vite avant les vacances

Bon, j'ai mes valises à faire, je pars direction le Sud où il fait meilleur (enfin, j'espère), direction je-me-fais-dorloter et je bulle un peu avant de ripailler.

Donc on va vite lister mes principaux coups de coeur de 2009.

Question romans parus en 2009 :

Que retenir ? Le mieux est de répondre sans trop réfléchir : réfléchir, dans ces cas là, est source de malentendus, changements d'avis, retours sur la sélection, annulations, rajouts... donc je prends ma liste de livres lus et je réponds spontanément, me fiant aux impressions qui me reviennent là, comme ça  :

Des vents contraires, Olivier Adam

Le remède et de poison, Dirk Wittenborn

Ce que je sais de Vera Candida, Véronique Ovaldé

Fille noire fille blanche, Joyce Carol Oates

Romans parus avant 2009 :

La fenêtre panoramique, Richard Yates

De sang froid, Truman Capote

C'est dur, de laisser de coté Pat Conroy et Le prince des marées, Richard Price et Ville noire ville blanche, d'oublier Les visages de Kellerman (d'ailleurs, dans une librairie ce matin, une cliente cherchait un polar à offrir à son beau-frère. Le vendeur ne savait que lui conseiller, il était seul et ne lit pas de polar. Je me suis mêlée à la conversation et ai proposé plusieurs livres à la cliente. Pour finir, elle est partie avec le Kellerman. Voilà, c'était mon quart d'heure ma vie mon oeuvre et ma façon de me mêler de tout. Pourvu que le beau-frère aime...:) (et le libraire ne m'a même pas remerciée, au fait).

 

Et coté vie du blog, encore de bons souvenirs cette année :

Books & the city, le retour, évidemment ! On pourra peut-être rebaptiser le jeu "Books & the ombrellas", qui sait ?

Ma participation (passive) au Goncourt des Lycéens et une belle journée en compagnie de Caro[line] avec les lycéens d'Ile de France.

La fin du Prix Elle 2009 et la soirée de remise des prix, l'occasion pour mes amies et moi de se rencontrer et d'échanger, de rire et de beaucoup s'amuser.

 

Et plein d'autres bon moment, avec les unes et les autres, autour d'un verre, d'un repas et de livres...

 

Sur ce, bonnes fêtes, je pars quelques jours au pays des santons, des olives et du pastis :)

15:19 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (41) | |  Facebook