Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2007

Les abandons de l’année…

Voici la fin de l’année… et un petit bilan sur les livres que j’ai entamés et jamais terminés.

746f9ba80654564c4fd33e2b7beb352d.jpgOption Paradis (La grande intrigue 1) – François Tallandier Premier tome d’une « suite romanesque en cinq volumes », qualifiée de saga familiale impressionnante et passionnante par les critiques d’une librairie du 78. J’ai lâché prise au bout de 50 pages…. Rien ne m’inspirait, tout était trop lent et peu passionnant.

8080c9dd36672bf4d24bf86c58b5dbac.jpgLa part du mort – Yasmina Khadra

Ma déception la plus forte. Mon premier polar de mon auteur préféré. Certes j’y ai un peu retrouvé la plume de Khadra, de dialogues parfois percutants (« Tu as l’air en forme ! – C’est parce que je manque de fond »), des passages éloquents (« Auteurs d’un tas de bouquins, tous édités en France, faute de preneur au bled (« à l’époque – comme aujourd’hui d’ailleurs et demain sans doute) l’élite du sérail veillait scrupuleusement à maintenir le QI des Algériens à hauteur de celui ce leurs responsables, c'est-à-dire aux alentours des braguettes » « La guerre n’est pas une partie d’échecs. C’est un échec total. Un moment que des gens en phase de paix ne parviendront jamais à cerner. C’est bien beau de condamner la violence derrière un verre de Martini ou bien au fond d’un salon douillet. Mais qu’en sait on au juste ?... La violence a sa propre logique. Elle est aussi raisonnable que la défection. Elle a ses valeurs et sa morale aussi ; des valeurs qui n’ont rien à voir avec les valeurs conventionnelles… A l’instant même où la volonté de tuer s’impose comme unique voie de salut, les bêtes les plus fauves battent en retraite devant la férocité des hommes… »..

Néanmoins je n’ai pas réussi à m’habituer au langage trop cru de l’inspecteur, trop de vulgarité, trop de trivialité ont eu raison de ma patience…. Pour le moment. Je ne baisse pas les bras. J’aime trop Khadra pour lui faire cet affront, j’irais donc jusqu’au bout, mais plus tard, quand j’aurais l’esprit à lire un polar plutôt masculin. Je le jure, je le reprendrai et j'irai au bout !

748928ecaaeb351847bcc98701983c99.jpgLes seigneurs des thés – Hella S. Hasse

Chaudement recommandé par Fashion, ce livre a atterri dans ma PAL. Une saga, les Indes, une famille, des aventures… Page 50 encore une fois j’abandonne. Je n’ai pas réussi à me prendre au jeu et j’ai trouvé les présentations trop longues. Suis-je trop impatiente ? Sans doute. Trop versatile ? Certainement. Le roman pourtant me semble avoir tous les attributs d’un excellent cru. Ce n’était sans doute pas la bonne période pour moi.

1cfa3ca726c47a195e5795ee3bc2449a.jpgUn homme – Philip Roth

La lettre R de mon challenge ABC 2008. On y rencontre un homme, le jour de son enterrement. On y découvre sa vie, faite de divorces, d’enfants brouillés, de maîtresses et de succès professionnels.

Une vie faite aussi de maladies, d’opérations, de rechutes et de malaises.

J’abandonne à la moitié du roman, lassée de devoir prendre un dictionnaire pour comprendre ce long descriptif du corps humain, ces termes médicaux qui me fatiguent et occultent trop l’histoire pour que je m’y attache.

9c58f2d66f951c56744cee1d8f575436.jpg Les contes de la rose pourpre - Michel Faber

J'ai énormément aimé "La rose pourpre et le Lys", le premier chapître de ce roman. 1000 pages de joie pour un roman victorien passionant et merveilleusement bien écrit. La suite m'a paru trop facile, trop crue. Michel Faber réunit à nouveau les personnages et leur écrit plusieurs petites suites, plusieurs hypothèses, plusieurs pistes de destins. Je n'ai pas réussi à retrouver le même bonheur qu'avec le premier roman.

Et bien sûr, Prenez soin du chien, de JM Erre, mais j’en ai déjà parlé.

Je suis toujours frustrée de devoir lâcher un livre entamé. J’ai l’impression de ne pas donner toute ses chances à l’auteur et de ne pas respecter son travail, de ne pas lui faire confiance. Ces livres vont donc dans un espace à part, celui des laissés pour compte mais qui n’ont pas dit leur dernier mot.

J’espère que je les reprendrai plus tard, et que, cette fois, je saurais les apprécier à leur juste valeur. Ou en tout cas que je pourrai en parler à juste titre, en les ayant lus jusqu’au bout.

11:45 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

11/12/2007

CHALLENGE ABC 2008

cef8d3b1f24e7e1a6478ee21b2a58e65.jpgVoici enfin ma liste 2008 finalisée. Je n’ai jamais participé au challenge ABC, mais je me suis dit que :

1) ça me forcerait à réduire un peu mal PAL en évitant à certains livres d’attendre des mois avant d’être lus (je crois que certains sont devenus maniaco-dépressifs à force d'attendre)

2) ça limiterait peut-être mes dépenses livresques à ceux que je n’ai pas encore (alors là, j’demande à voir ! dirait mon cheretendre) 

3) ça me ferait découvrir des auteurs (certaines lettres se sont battues entre elles pour obtenir mes faveurs)

4) ça ne mangerait pas de pain si je ne la finis pas (je me réserve le droit de faire ce que je veux !)

J’ai fouillé dans ma PAL (et provoqué des jalousies pas possibles), parcouru les blogs amis avec avidité, et aussi trouvé pas mal d’idées sur Lire.fr qui propose une recherche alphabétique des auteurs.

Donc voici le résultat des courses :

Austen Jane : Orgueil et préjugés (très bonne raison de lire enfin cette auteure) LU

Benacquista Tonino : Saga (je suis les conseils de Fashion) LU

Collins Wilkie : La femme en blanc (acheté chez Lamousmé)

Davidson Leif : Le danois serbe (un polar déniché lors de mes recherches pour le Swap Scandinavie)  LU

Evanovitch Janet : La prime (va falloir que je cède ! en plus j’ai vu une bonne critique dans Lire.fr !) ABANDON ! => Compensé par Amanda Eyre Ward : Pardonnez moi, (LU)

Ferney Alice : L’élégance des veuves (depuis longtemps dans ma PAL) LU

Germain Sylvie : Chanson des mal-aimants (je n’ai lu que Magnus que j’ai adoré : je vais donc approfondir)

Hanff Hélène : 84 Charring Cross Road (un bon prétexte pour m’y mettre aussi !) LU

Indridason Arnaldur : La cité des jarres (idée trouvée chez Tamara) LU

Jarry Alfred : Gestes et opinions du Docteur Faustroll, pataphysiscien (le titre me fait déjà mourir de rire)  

Khadra Yasmina : A quoi rêvent les loups ? (un de mes auteurs préférés, le K lui revient de droit) LU

Leroy Gilles : Alabama song (il sera dans mes chaussons de Noël) LU

Murakami Haruki : La course au mouton sauvage (dans ma PAL)

Nichol James W : Ne te retourne pas (découverte totale sur le net si quelqu'un l'a, il me le prête ?) LU

Oé Kenzaburo : Le faste des morts (découverte totale sur le net si quelqu'un l'a, il me le prête ?)

Poe Edgar Allan : Les aventures d’Arthur Gordon Pym de Nantucket (jamais lu Poe, ce sera une découverte)

Queneau Raymond : On est toujours trop bon avec les femmes (le titre me fait déjà mourir de rire, et puis j’aime « Exercices de style ») LU

Roth Philipp : Un homme (dans ma PAL) (abandon) Compensé par Marianne Rubinstein, Le journal de Yael Koppman, LU

Sa Shan : Impératrice (dans ma PAL) LU

Turckheim (de) Emilie : Chute libre (dans ma PAL)

Urqhart Jane : Les deux terres (Ahh, le U a été difficile à trouver )

Vargas Fred : Dans les bois éternels (j’espère que j’aimerai autant que « Pars vite et revient tard » et plus que « Ceux qui vont mourir te saluent ») LU

Wharton Edith : Les beaux mariages (Conseil de Fashion)

Xing Jian Gao : La montagne de l’âme (le X aussi a été difficile à trouver)

Yalom I.d : Mensonges sur le divan (dans ma PAL après les critiques de Cathulu et Cuné)

Zweig Stefan : Le joueur d’échecs ( j’ai hésité avec Zola, mais mes souvenirs de collège sont assez mauvais) LU

Maintenant, il n'y a plus qu'à ! J'espère seulement que ceux que je n'ai pas encore ne font pas 1000 pages...

12:35 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook

05/12/2007

Quand la culture prend la pose !

J’ai reçu fin novembre un mail de Jos de Culture Troc.com (ex Le livrophile). Jos me conviait à participer à un jeu.

Il s’agissait de publier sur son blog une photo en rapport avec la culture (littérature, musique, cinéma).

Je ne suis pas photographe. Même si j’aime beaucoup prendre des photos, je ne manie pas facilement tous les réglages compliqués de mon APN.

La plupart d’ailleurs ne réussissent pas à passer le barrage de mes neurones réfractaires à toute notion de technique supérieure à 1+1=2.

Mais j’aime les jeux et j’aime ma bibliothèque (probablement le meuble le plus important à mes yeux de ma modeste maison !).

Donc voici une photo de mon petit coin à moi, ma bibliothèque / CDthèque, que je chéris tendrement.

0a363785b289967dba34d9d22537c8e2.jpg
Et, pour ceux qui passeront ici sans s’intéresser au concours de Jos, voici quelques confidences que je vous livre en guise de guide touristique :

Ma bibliothèque est divisée en deux par la CDthèque , elle-même composée de deux parties : à gauche, mes CD (classique, opéra, Brel, Souchon, Zazie, Norah Jones, Benabar), à droite, ceux de mon cheretendre (Pink Floyd, Santana, Genesis, les Beattles…). Nos goûts musicaux sont différents et j’avoue humblement manquer de tolérance, je ne supporte pas le bruit des basses.

Coté bibliothèque maintenant :

C’est très mal rangé mais on pourra reconnaître : des classiques (Candace Bushnell, Bertrand Guillot, Antoine, Woody Allen… !!) mais aussi un peu de tout (littératures française et étrangère se mélangent allègrement, nos goûts sont assez éclectiques en la matière).

Sur un étagère à gauche, plusieurs livres consacrés à la peinture : Matisse Picasso, Gauguin, Toffoli, Renoir, qui cotoyent les carnets de voyage édités par Louis Vuitton (souvenir de mon passage dans cette illustre maison), un livre essentiel sur la série Sex and the City, un autre sur Desperate Housewives, un autre sur Woody Allen.

En dessous, les livres consacrés à la mode, ceux des éditions Assouline entre autres, plusieurs ouvrages sur le couturier Kenzo Takada (maison dans laquelle j’ai aussi travaillé), les livres sur le luxe et la mode en général. Sur cette étagère, un moulage des mains de notre fille le jour de ses 6 mois.

A droite, au milieu, des livres de voyages qui concernent soit des pays que nous avons visités, soit des pays que nous rêvons de visiter (en y regardant de près, vous remarquerez notre prédilection pour les pays chauds). Il y a notamment plusieurs livres sur Madagascar où mon mari a vécu.

Et puis, un peu partout, parsemés sur le meuble, mes éléphants.

Je les collectionne depuis plusieurs années. Des gros, des petits, des minuscules, en bois, en cristal, en laiton, en carton. Je ne choisis que les éléphants peu ordinaires : ils doivent avoir une forme, une attitude ou des couleurs qui les rendent spéciaux ; ceux que je préfère sont les plus délirants, les plus biscornus, les plus surprenants. Comme le couple qui copule, celui qui se marre les quatre pattes en l’air, celui est tellement cabossé qu’on doit chercher l’éléphant dans la sculpture…

Et puis, parce que c’est Noël et qu’il fallait bien essayer de rendre ma photo un minimum « travaillée », j’ai décoré le tout. En orange. Ma couleur préférée.

Vous voulez participer au concours ? Cliquez sur le lien et vous obtiendrez le règlement.

http://blog.culturetroc.com/index.php?2007/11/23/277-quand-la-culture-prend-la-pose

10:30 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook

12/09/2007

Gabrielle ? Moi ? Jamais !

94483a794edb2d436251d98610dea2f1.png

Tout le monde connait aujourd’hui les héroïnes de la série Desperate Housewives.

Au détour d’une visite sur le site officiel de la série (je précise que cette visite était faite dans un but purement professionnel, puisque j’ai surfé depuis l’ordinateur de mon bureau. CQFD), bref, en étudiant le marketing des produits dérivés et sa pertinence commerciale, disais-je, je suis tombée sur un quizz « Which desperate housewive are you ? ».

Ma conscience professionnelle m’a aussitôt dicté de me prendre au jeu afin de pouvoir extraire de ce test quelque intérêt éminemment stratégique pour notre société, qui, je le précise, est purement industrielle mais, qui sait, pourrait dénicher ici un concept  inédit pour accroître sa future expansion.

Le test consiste à répondre à 15 questions en anglais (un conseil : prenez vos dictionnaires, ce serait bête de répondre que vous ne mentez jamais si vous êtes une perfide et félonne personne, ou que vous préférez éduquer vos enfants par des fessées plutôt qu’en leur confisquant leur carte bleue pour l’utiliser chez Marc Jacobs).

Après 15 questions toutes aussi pertinentes les unes que les autres, le résultat tombe.

Je suis Gabrielle.

Gabrielle, l’égoïste, la cupide, la futile.

Damned. J’étais sûre de tomber sur Bree. Je voulais tomber sur Bree.

Je suis maniaque comme Bree. Mon intérieur est clean, parfait. Parce que je fourre tout le bazar dans les tiroirs que je n’ouvre jamais, ça m’évite de ranger.

Parce que je suis une obsessionnelle compulsive (je suis capable de faire trois brushings par jour, vu que je déteste ma tignasse frisée, d’ailleurs j’ai plusieurs sèche-cheveux avec lesquels j’entretiens des rapports passionnels ; j’use un gel antibactérien par semaine, un tube de crème pour les mains par quinzaine).

Parce que je ne laisse rien paraître et je n’aime pas être percée à jour.

Parce que j’adore cuisiner et j’adore recevoir.

Parce que je suis une mère névrosée qui a mis sa fille dans une école où la maitresse déchire les pages des cahiers quand il y a une erreur.

Parce qu’elle est complètement fêlée et moi aussi.

Et vlan, me voilà en Gabrielle égocentrique, enfant gâtée. Moi ? Certainement pas.

D’abord je ne suis pas égocentrique. J’aime qu’on m’aime, c’est différent.

Et  puis Gabrielle est brune alors que je suis châtain avec des reflets roux (Bree est rousse). Gabrielle est plus grande que moi (Bree aussi ? et alors ?)

Gabrielle passe son temps à faire les boutiques, pas moi. En tout cas pas cette semaine.

Gabrielle trompe son mari avec son jardinier. Je n’ai pas de jardinier.

J’ai refait le test une seconde fois (je vous vois venir : les questions changent, je n'ai pas essayé de répondre différement aux mêmes questions ! Blonde mais pas trop!) Je l'ai refait bien sûr uniquement pour vérifier le bien fondé des questions et m’assurer que ma société pourrait vraiment utiliser ce type de test avec ses clients ("que faites vous quand vous ne recevez pas à temps vos outils industriels ? vous vous roulez par terre ? vous cassez les machines et prétextez un cyclone concentré sur  votre usine? vous invoquez une grève surprise pour cause de blouses d’atelier blanches alors que la mode est au gris ?").

Gabrielle à nouveau.

Bon. Puisque la machine le dit, ce doit être vrai. Je vais de ce pas faire les boutiques. Et embaucher un jardinier, à condition qu’il s’appelle Georges et qu’il fasse aussi le café.

Je laisse le lien, pour le cas où vous souhaiteriez étudier à titre comparatif le marketing de la série...

 http://abc.go.com/primetime/desperate/quiz/index.html

15:15 Publié dans Bric à blog | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook