Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2008

LA DOUBLE VIE DE PENELOPE B – ANNE-SOLANGE TARDY

894106625.gifPénélope est bretonne et graphiste. Son ex-fiancé vient de se marier. Elle « monte » à Paris travailler avec sa tante Aure dans la communication. Pénélope créée son blog « La mouette à Paris ». Son blog a du succès, beaucoup de succès, même. Le souci, c’est qu’en fait elle raconte n’importe quoi et s’invente une vie de parisienne trendy hypissime qu’elle n’est pas. Pénélope est qu'une provinciale fraîchement débarquée qui a eu la chance de fréquenter quelque temps des vrais parisiens « branchés ».

Comment va-t-elle se sortir de là ?

Voilà un résumé quelque peu grossier du roman d’une bloggueuse, Anne-Solange Tardy. Il y a un peu de tout dans ce premier roman : du bon, du moins bon, du mauvais. Le style, tout d’abord, n’est pas mauvais. Anne-Solange Tardy fait preuve parfois d’une certaine… non pas profondeur (quoique certains passages n’en sont pas dénués) mais plutôt justesse. Justesse dans certains constats, dans les doutes que peut avoir une jeune candide quant à sa vie, ses rêves, ses désirs. Justesse dans le ton qu’elle emploie pour parler de l’amitié, de la famille, des ex, des jaloux, des collègues… de l’humour aussi, une plume assez fluide qui se laisse lire sans sauter au plafond de rage et d’énervement. Ni d'extase non plus, je vous l'accorde.

L’histoire… bon, n’allons pas y chercher un truc hyper profond qui nous plongera dans une réflexion sur le sens de nos vies, sur la profondeur de l’amour et des relations homme-femme. C’est (surtout à la fin) de la littérature de poulette caricaturale (je l’aime, je lui ai menti, il ne le sait pas mais lui aussi après tout m’a menti, ma meilleure amie se fait passer pour moi va-t-il tomber amoureux d’elle je suis jalouse ciel il tape à ma porte non je ne lui ouvrirai pas si je lui ouvre il avoue j’avoue on tombe dans les bras l’un de l’autre fin).  Trop canon super je lisais ça quand j’avais 14 ans.

Quant à l’histoire du blog, eh bien... cela fait un peu froid dans le dos, de lire que l’on peut s’inventer des vies sur les blogs de fille. Mais pourquoi pas après tout ? Cela doit arriver sans doute.

Le blog est addictif ? Certainement un peu. Mais de là à n’en plus dormir, je ne sais pas vous, mais moi, je dors comme un bébé.

Les étonnements de la provinciale qui débarque et ne connaît pas le nom des marques m’ont fait sourire. Tellement vrai. Pour moi, un Paddington n’est pas un ours en peluche, mais un sac. Pour moi, on ne dit pas « marron » mais « chocolat ». Pour moi, des ballerines sont forcément des Repetto. Je vous l’accorde, pas dorées, mais bon, quand même.

Du coup je me suis sentie un peu parisienne (dit la fille qui vit en banlieue) du coup pétasse, du coup futile. En plus je tiens un blog. La totale quoi.

Tiens, je vais ouvrir un blog de fille, na.

En fait non, je vais continuer à parler de livres. Ca coûte moins cher qu’une crème anti-rides à 240 euros les 30 ml. Ca n’a pas le même effet me direz vous ? Mais on a l’âge de son cerveau, n’est-ce pas ?

Quant à Anne-Solange Tardy, elle doit sans doute passer le cap du premier roman, forcément un peu autobiographique, chercher plus de profondeur, creuser ses histoires, elle a une plume intéressante. A elle d'en faire ce qu'elle veut.

De la chick-lit correctement faite, une histoire de bloggeuse, donc intéressant malgré tout.

Cuné l'a lu aussi.

 

 

06:29 Publié dans *Littérature de poulettes !* | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook