Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2008

EXISTE EN CIEL – CHRISTINE SPADACCINI

885f9c373f11cc7626e98da868ac4157.jpgChristine Spadaccini est passée ici la semaine dernière, suite à ma conversation avec Clarabel. Intriguée, curieuse je me suis rendue sur son blog.

 

Belle lecture, beaux billets ; Existe en ciel ? Aussitôt aperçu, aussitôt recherché, je trouve son livre chez l’ami amazon et le commande illico, en me disant que, bloggueuse ou pas, talent ou pas, ma critique serait de toute façon objective. Et elle le sera.

 

Nous voilà donc plongés dans un petit recueil de nouvelles. 13 nouvelles exactement.

 

Au tout début, c’est joli, mignon, pas mal.

Ouais, elle écrit bien, la Kiki , mais est-ce assez pour terminer le recueil sans se lasser ? Elle a l’air bien gentil, la Mémé Noska de la première nouvelle, mais bon, les bons-sentiments-la-jolie-nostalgie-la-photo-qui-me-rappelle-ma-mémé et tout et tout, pas de quoi en faire un roman, quand même ! Va peut-être falloir passer à la vitesse supérieure, si elle veut pas que je classe le bouquin dans les « à terminer un jour ou l’autre ».

 

Et puis vlan. Voilà t-y pas qu’elle te fiche une claque, la Kiki  ? Qu’elle t’envoie bouler dans une purée de sale histoire qui te retourne le cœur, qui te chamboule les tripes et t’arrache presque des larmes !

 

Me serais-je trompée ? Les phrases qui se marrent, les jeux de jolis mots, les sourires coquins cacheraient ils un truc bien plus profond ? Pas besoin de gratter pour trouver la noirceur des personnages, les douleurs, les blessures, les successions d’événements banals qui transforment des pans de vie en pannes de vie, pas besoin de gratter, non.

 

La Kiki , au détour d’une phrase, elle te file un putain de revers à chaque fois, la vache, que t’en reviens pas !

 

V’là-t-y pas qu’elle te dégoute de la crème catalane ad vitam aeternam tout en te ligotant d’un ton badin, tout en t’emberlificotant dans un melting pot d’humour, de tendresse, avec ses mots espiègles, ses mots-mélange, ses mots-couteaux !

 

V’là-t-y pas qu’elle te balance une « élection pestilentielle » où la « star is borgne », qu’elle te fait croire que les ânes du village ont bu la lune, ouais, t'as bien lu, à ta santé, va ! Même que tu feras plus l’amour devant un miroir sans penser à Ruth, même qu’avant de foutre le feu au paillasson t’y réfléchiras à deux fois !

 

On s'y perd un peu, on s'y retrouve, on fait un pause pour souffler parce que ça arrache, puis on y retourne, encore tout retourné.

 

Parce qu’en dessous des mots se cachent des trésors de réflexions, des extraits d’humanité salement inhumaine, et qu'en dessous de ces extraits d'humanité salement inhumaine il y a justement une grande humanité. Celle de Kiki.

 

D'ailleurs Kiki, tu m’énerves ! J’ai des choses à faire, moi, cet après-midi ! Pourquoi je l’ai commencé ton bouquin ? Pourquoi tu m’as chopée-même-que-je-veux-plus-m’arrêter-maintenant ? Ras le bol des écrivains kidnappeurs !

 

Bon, pour te faire pardonner, je veux bien que tu m’offres « Aïe love you », ton premier roman. Oh et puis non, ne me l’offre pas, j’irai l’acheter, ça te fera des droits d’auteurs ! Parce que tu le vaux bien !

 

Existe en ciel, Christine Spadaccini – Editions [MiC-MaC], 170 p

Clarabel est aussi maso que moi (mais bien plus polie quand elle écrit) !

Le blog de Christine Spadaccini (Kiki)

ps : en plus elle me rend vulgaire, la Kiki, j'avais jamais dit autant de gros mots !!! Désolée (en fait, non, mais bon...)

08:00 Publié dans *Litterature Française*, *Nouvelles* | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook