Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2009

LA FORMULE PRÉFÉRÉE DU PROFESSEUR – YOKO OGAWA

Nous sommes dans les années 90. La narratrice, une aide ménagère qui élève seule son fils est embauchée chez un ogawa.jpgmathématicien. A 64 ans, le professeur souffre d’amnésie récurrente : suite un accident, sa mémoire s’est figée. Autant tout ce qui précède l’accident est solidement ancré dans sa tête, autant tous les événements qui suivent s’effacent au fur et à mesure : toutes les 80 minutes, il faut recommencer : l’aide ménagère doit se présenter à nouveau, Root aussi. Lorsque le professeur rencontre Root, le fils de l’aide ménagère, une relation commence à se tisser lentement entre ces trois-là.

 

Des nombres premiers au no hit no run du base ball, voici un roman tout en délicatesse, dont l’histoire nous entraîne dans une atmosphère à la fois ouatée (tendresse, amitié, respect entre les trois protagonistes) et légère (discussions entre le professeur et le jeune garçon, fans de base ball). Un roman dont l’histoire se déroule comme un ruban de mathématiques, une ligne de nombres qui s’étire : le professeur, renfermé dans un univers fait de formules et d’équations, initie la jeune femme à la magie des nombres et lui ouvre des portes inconnues, l’éclaire et la guide sur un chemin inédit pour elle, et partage avec Root la passion du Base-ball, même si sa mémoire est suspendue sur les joueurs d’il y a trente ans.

 

N’allons pas imaginer une histoire abracadabrante où la jeune femme deviendra une mathématicienne performante, non, nous sommes seulement en présence d’un lien qui se tisse peu à peu entre des êtres un peu exclus, des solitaires qui (re)découvrent le partage, l’amitié et le respect. Un enfant, source de joie et d’innocence et de promesses ; un vieil homme isolé dans sa propre tête, coupé de l’évolution du monde par son infirmité ; une jeune femme qui sera la cheville constructrice d’une amitié profonde, sincère et indéfectible.

 

Un très joli moment passé parmi ces trois là, tout en douceur, servi par une plume fluide et très agréable à lire.

 

 

La formule préférée du professeur, Yoko Ogawa - Babel, 245 pages

 

 

Les avis de In Cold Blog, Papillon, Chiffonette, Brize, chez lesquels vous trouverez sans doute d’autres liens encore.

 

 

ps : voilà, j’aurai tenu peu de temps en mode « pause »… mais ce joli roman m’a donné envie de parler de lui. Dont acte. Pour la suite, eh bien… on verra bien, je me laisserai porter par mes lectures et mes envies J

18/02/2008

LE BROCART – MIYAMOTO TERU

7850854b69bd2da6ef0602e1176e9878.jpgArima Yasuaki et Katsunuma Aki ont été mariés. Ils ont divorcé suite au suicide de la maîtresse d’Arima Yasuaki.

Depuis, 10 ans ont passé. L’un et l’autre ont refait leur vie. Katsunama Aki s’est remariée et est mère d’un petit garçon handicapé. Ils se rencontrent par hasard, dans une télécabine du Mont Zâo. L’un et l’autre échangent quelques mots et se séparent, chacun sur son chemin.

Mais cette rencontre a réveillé le passé et Katsunama Aki écrit à Arima Yasuaki.

Ce lent roman épistolaire est joliment bien écrit. Chacun évoque tour à tour sa vie, les circonstances et les errements de leurs destins respectifs. Chacun revient sur leur rencontre, la fameuse nuit où l’adultère a été découvert, les chemins qui ont été les leurs depuis.

Chaque lettre est un long regard posé avec nostalgie sur une vie qui aurait pu être différente. Le rythme est lent, aussi lent que les pas des deux personnages sur les routes qu’ils ont suivies. Dix ans après ces deux êtres confondent leurs tristesses, leurs amertumes avec pudeur et respect. Le vouvoiement confère à leur correspondance une harmonie, une distance mêlées de respect et d’admiration.

Un joli roman, pour qui aime les longs et lents échanges ; pour qui aime deviner au travers des mots les sentiments, les regrets, les espoirs ; pour qui aime la nostalgie, l’amour qui subsiste malgré les blessures et qui se devine, caché derrière chaque phrase et chaque virgule. Michel titrait son billet sur ce livre avec "Agréable désuétude", ce titre reflète fidèlement l'atmosphère de ce roman.

« Le patron me demanda en souriant de lui expliquer comment j’avais compris ce miracle humain qu’était Mozart… Moi, qui venais tout juste d’aborder Mozart, je me sentais totalement incapable d’exprimer cela avec des mots…Pourtant, pressée par l’éclat tellement sérieux de ses yeux, j’arrivai à dire, sans même l’avoir voulu : « Etre vivant et être mort, c’est peut-être la même chose, voilà ce qu’il m’a semblé trouver exprimer d’énorme et d’étrange dans la magnifique musique de Mozart » Ce que j’avais voulu dire, c’est que si Mozart était un miracle humain, c’est parce qu’il avait réussi à faire éprouver aux hommes cette coexistence de la peine et de la joie sans utiliser les mots, par le biais d’une musique exquise, inexplicable verbalement, et qu’il y était parvenue avec une aisance inouïe, et de surcroît en rendant les gens heureux ».

L’avis de Michel.

Et, puisque l’on parle de romans épistolaires, je vais évoquer brièvement une magnifique pièce de théâtre « Love letters » de A.R. Gurney.

J’ai vu cette pièce deux fois. La première, il y a…. fort longtemps, était jouée par Anouck Aimée et Bruno Cremer. La deuxième fois, il y a deux ans, Anouk Aimée avait repris le rôle féminin, tandis que Jacques Weber remplaçait Philippe Noiret, disparu peu auparavant.

Cette pièce reprend simplement la correspondance entre deux amis d’enfance. La première lettre est un carton d’invitation à un anniversaire. L’un et l’autre continueront de s’écrire leur vie durant, chacun poursuivant son destin, se racontant, s’aimant, se moquant, se chicanant, cherchant toujours à maintenir ce lien parfois ténu, parfois puissant et tellement complexe qui les unit. Ils se retrouveront quelques années pour vivre une aventure passionnée, se séparer, continuer à s’écrire jusqu’à la mort. Une pièce magnifique.

06:45 Publié dans *Litterature japonaise* | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook