Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2010

LES 3 ERREURS DE MA VIE – CHETAN BHAGAT

28 décembre 2005 : l’écrivain Chetan Bhagat reçoit un e-mail d’un lecteur, jeune entrepreneur, qui lui annonce, tout de go, qu’il avalera un somnifère à chaque fin de phrase de son courrier. Pourquoi ? Parce que 3 erreurs ont ravagé sa vie. Trois erreurs qu’il ne peut se pardonner. Et sa lettre d’adieu sera destinée à cet écrivain donc.

 

bhagat.jpg19 phrases. 19 somnifères. L’écrivain parvient à retrouver l’identité du jeune homme et se rend à son chevet à l’hôpital. Il écoute l’histoire du jeune homme.

 

Pour commencer, surtout ne lisez pas la 4èmede couverture de ce sympathique roman. On y dit beaucoup trop de choses sur ces trois erreurs. Laissez l’histoire vous entraîner, laissez Govind, le jeune homme, vous emmener à Ahmedabad, province du Gurajat, dans le sud de l’Inde. Etudiant brillant, Govind rêve de devenir homme d’affaires. Il décide d’ouvrir un magasin de sport, plus particulièrement dédié au cricket, sport national en Inde, avec ses deux amis d’enfance, Omi, dont le père est prêtre dans un temple, et Ish, sportif émérite et joueur de cricket passionné.

 

L’histoire est enlevée, les aventures, qu’elles soient gaies ou tristes, de Govind se lisent avec plaisir, et, même si le style est très simple, elles nous entraînent dans l’Inde d’aujourd’hui, où traditions et modernités s’affrontent (l’histoire d’amour entre Govind et Diviah, la jeune sœur de Ish est touchante, les deux jeunes n’ont pas le droit de s’aimer) et où les rivalités religieuses peuvent dégénérer rapidement en affrontements sanglants (les 3 jeunes hommes décident d’entraîner un jeune musulman, Ali, et ce malgré sa religion et la colère de l’oncle d’Omi, religieux fondamentaliste aux ambitions électorales).

 

Le roman de Chetan Bhagat a été vendu à plus d’un million d’exemplaires en Inde. Un roman populaire, que je ne qualifierai pas de grand roman, sans doute, mais qui, le temps de sa lecture, reste un excellent divertissement, parce que dépaysant, plein de sensibilité, d’humour et de fraîcheur.

 

Et de temps en temps, ça fait du bien.

 

 

 

 

Les 3 erreurs de ma vie, Chetan Bhagat

Le Cherche-Midi, 322 pages, mars 2010.

 

 

« - Je vais essayer d’être claire. Je déteste carrément les maths. Pour moi, c’est du même acabit que les cafards et les lézards. Les maths me dégoûtent, me donnent la nausée, me dépriment. Entre un électrochoc et un devoir de maths, je choisis l’électrochoc. J’ai entendu dire qu’au Rajasthan, les gens faisaient trois kilomètres de marche à pied pour atteindre un point d’eau. Je serais prête à échanger mes problèmes de maths contre ces kilomètres, tous les jours. Les mathématiques sont la pire invention de l’homme. Mais qu’est ce qu’il avait donc dans la tête ? La langue c’est trop facile, inventons les symboles bizarroïdes et manipulons-les pour qu’ils hantent les générations suivantes de gamins. Qu’est ce qu’on peut avoir à en faire, que sinus soit différent de cosinus ? Qui se préoccupe du développement d’une somme de cubes ? … Amusantes, les maths ? Si les maths sont amusantes, se faire extraire une dent, c‘est amusant, avoir une infection virale, c’est amusant, les vaccins contre la rage, c’est amusant.

 

-         Je crois que ton approche n’est pas la bonne.

 

-         Oh non, pas la peine d’essayer. Il n’est pas question que j’approche quoi que ce soit. J’ai vécu avec les maths, je m’en suis accommodée, j’ai lutté. C’est une relation orageuse que je subis depuis des années. Du CP à la terminale, cette matière m’a poursuivie. Les gens font des cauchemars avec les monstres. Moi, je fais des cauchemars avec des interro surprises de maths. Je sais que tu as fais un sans-faute et que tu les adores. Mais, rappelle-toi, dans la plupart des régions du monde, les maths ne signifient qu’une chose pour les élèves.

 

..

-           Quoi ?

 

-           La chair de poule. »

 

Ça me rappelle quelqu'un !

 

 

06:00 Publié dans *Litterature Indienne* | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : inde, cricket, gurajat | |  Facebook