Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2009

BOOKS AND THE CITY 2009 THE END

P1010450.jpg

L’inconvénient quand on habite dans un bled à 30 km de Paris, c’est qu’il faut se lever tôt pour arriver à l’heure. Hier, donc, mon réveil a sonné à 5h30, 5h40, 5h50, 6h00, 6h10, avant que je daigne accéder aux suppliques de mon cher et tendre, faire taire la bête (le réveil, par mon mari, quoique l'arrêt de l’un provoquant automatiquement le rendormissement du second), poser un pied mal assuré par terre, me cogner contre le chat affamé et le ficher dehors (désolée-minette-pas-le-temps-ce-matin), aller rejoindre George (lui au moins ne me donne pas des coups en grognant « debout !») dans la cuisine et avaler (what else) 3 tasses de café serré, deux comprimés Caféine/Vitamine, prendre une douche, m’habiller (après avoir jeté un œil vitreux à la fenêtre et vu un ciel dégagé quoique un peu brumeux).

 

Habillée, chaussée, équipée (ordi, quelques livres au cas où, chapeau de pluie quand même, je démarre enfin à 7h10 et file sur la capitale où Chiffonette m’attend chez elle pour charger la voiture des SLATs amoureusement cousus par Fashion et Alinea, remplis de quelques bricoles destinées aux participants.

 

Sur l’autoroute, les premières goutte s’écrasent contre le pare-brise. La température baisse. Je veux faire demi tour et retourner me coucher. Je continue quand même, insulte mon GPS parce qu’il me prévient APRES les intersections qu’il fallait tourner à gauche, le con, arrive enfin chez Chiffonnette.

 

8 h : j’ai bien fait de prendre mon chapeau de pluie.

Lire la suite