Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2010

Montana 1948 – Larry Watson

montana.jpgUn jeune garçon de douze est le témoin impuissant de l’affrontement entre son père Wesley Hayden, sheriff du Montana et son oncle Franck, médecin. Nous sommes en 1948 et une jeune Indienne accuse le médecin de viol et attouchements. Dans ce comté d’Amérique, le racisme est encore présent, rampant, et la famille Hayden une famille reconnue : le grand-père été sheriff avant que son fils prenne la relève, il s’oppose à l’arrestation de son fils Franck.

 

Un roman très court qui distille en quelques pages seulement la morgue des blancs face à l’impuissance des Indiens. Un bon roman, qui condense haine, colère, mépris des lois par une famille blanche et puissante, et volonté de justice et déchirement d’un homme (Wesley), écartelé entre le respect de la loi et sa loyauté à sa famille et la crainte de son propre père.

 

Sous le regard du petit David, qui y perdra son innocence, la haine et l’arrogance affleurent chaque page (« Ta mère et moi pensions que nous aurions plus d’un petit-enfant. Rien contre Davy, mais bon Dieu, un seul enfant à vous deux ! - Tu sais bien ce qu’elle a enduré pour David. Après nous avons décidé que… - Et blancs ! rugit mon grand-père. Nous les voulons blanc ! »), tandis que la honte et la faiblesse, le déchirement de Wesley s’opposent à sa famille. C’est toute une peinture sociale, un tableau du  Montana encore, à cette époque, âpre, aux mentalités étriquées, aux clivages raciaux omniprésents qui est latent sous le récit d’une histoire sordide et, dans un certain sens, fascinante.

 

Bon roman, oui, néanmoins probablement trop court à mon goût car j’aurais aimé voir ces sentiments déployés plus longuement, moins condensés, sentir la puissance de l’histoire monter plus lentement en puissance. Mais un très bon roman quand même.

 

 

 

Montana 1948 – Larry Watson

Gallmeister Totem, avril 2010, 163 pages

Traduit de l'américain par Bernard Péguillan

 

 

Les avis de Ys "C’est un texte très fort qui sonne juste et résonne longtemps."

 

et Choco "Remarquable de justesse dans l'expression des sentiments du jeune David comme dans l'ambiance traditionnaliste d'une petite ville, Larry Watson nous offre ici un récit qui alterne entre innocence et corruption et réussit à happer le lecteur dans cette sombre histoire familiale qu'on ne lâche pas jusqu'à la fin !"