Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2008

LA PETITE CLOCHE AU SON GRÊLE – PAUL VACCA

Est la prise d’antibiotiques ou la fatigue ? Est-ce tout simplement l’émotion et la douceur de ce roman qui ont fait que je l'ai refermé la larme à l'oeil ??

vacca.jpg

 

 

Toujours est-il que le roman de Paul Vacca restera longtemps, je n’en doute pas, dans la liste de mes lectures doudou. Parce qu’il y a de la douceur, de la nostalgie, de la tendresse dans ces pages écrites avec une délicatesse et une finesse toutes ciselées, une légèreté aussi subtile que soyeuse, une douceur qui vous prend à la gorge, qui vous étreint et vous arrache même quelques larmes.

 

Le narrateur, Paolo, a une douzaine d’années. Ses parents tiennent le café du village et sa vie oscille entre collège, ballades avec son copain Mouche et devoirs entouré de sa maman. Il ne lit pas, ou peu, mais sa mère voit en lui un futur écrivain. Un jour, il récupère le livre abandonné dans une prairie par Sandra Maréchal, une cantatrice dont il est secrètement amoureux. Ce livre, c’est Du coté de chez Swann…

 

Comment un simple livre va bouleverser la vie de Paolo, celle de sa famille et du village par contagion. Paolo commence par caresser les pages des yeux avant de plonger peu à peu avec délices dans les mots de l’auteur. Sa mère viendra partager ces instants de bonheur, puis son père, peu à peu, lui le réfractaire, sombrera lui aussi dans la Proust-mania…

 

Un petit livre empli de nostalgie pour les ballades à vélo de notre enfance, empli des senteurs des fleurs cueillies au bord des rivières et offertes avec fierté : un petit livre qui nous donne une furieuse envie de partir illico à Cabourg et de réserver une chambre au Grand Hôtel, d’y observer la mer diaprée de nuances crépusculaires depuis sa fenêtre en songeant au temps qui passe  ; un petit livre écrit tout simplement mais perlé de douceur et de tendresse. Un petit livre qui donne envie de caresser la joue de son enfant, de dire, enfin, à sa mère qu’on l’aime, d’écrire une lettre d’amour et tout simplement de relire Proust, aussi…

 

Un petit livre à lire au coin du feu, ou confortablement installé dans son fauteuil préféré, avec une tasse de thé ou chocolat chaud, pour se laisser envahir par l’émotion et la chaleur qui en dégage. A offrir, aussi.

 

La petite cloche au on grêle, Paul Vacca, Ed. Philippe Rey, 2008, 182 pages

 

Les avis de Cuné, Cathulu, Antigone, Bellesahi, Clarabel, Moustafette, Philippe