Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2009

LA FORMULE PRÉFÉRÉE DU PROFESSEUR – YOKO OGAWA

Nous sommes dans les années 90. La narratrice, une aide ménagère qui élève seule son fils est embauchée chez un ogawa.jpgmathématicien. A 64 ans, le professeur souffre d’amnésie récurrente : suite un accident, sa mémoire s’est figée. Autant tout ce qui précède l’accident est solidement ancré dans sa tête, autant tous les événements qui suivent s’effacent au fur et à mesure : toutes les 80 minutes, il faut recommencer : l’aide ménagère doit se présenter à nouveau, Root aussi. Lorsque le professeur rencontre Root, le fils de l’aide ménagère, une relation commence à se tisser lentement entre ces trois-là.

 

Des nombres premiers au no hit no run du base ball, voici un roman tout en délicatesse, dont l’histoire nous entraîne dans une atmosphère à la fois ouatée (tendresse, amitié, respect entre les trois protagonistes) et légère (discussions entre le professeur et le jeune garçon, fans de base ball). Un roman dont l’histoire se déroule comme un ruban de mathématiques, une ligne de nombres qui s’étire : le professeur, renfermé dans un univers fait de formules et d’équations, initie la jeune femme à la magie des nombres et lui ouvre des portes inconnues, l’éclaire et la guide sur un chemin inédit pour elle, et partage avec Root la passion du Base-ball, même si sa mémoire est suspendue sur les joueurs d’il y a trente ans.

 

N’allons pas imaginer une histoire abracadabrante où la jeune femme deviendra une mathématicienne performante, non, nous sommes seulement en présence d’un lien qui se tisse peu à peu entre des êtres un peu exclus, des solitaires qui (re)découvrent le partage, l’amitié et le respect. Un enfant, source de joie et d’innocence et de promesses ; un vieil homme isolé dans sa propre tête, coupé de l’évolution du monde par son infirmité ; une jeune femme qui sera la cheville constructrice d’une amitié profonde, sincère et indéfectible.

 

Un très joli moment passé parmi ces trois là, tout en douceur, servi par une plume fluide et très agréable à lire.

 

 

La formule préférée du professeur, Yoko Ogawa - Babel, 245 pages

 

 

Les avis de In Cold Blog, Papillon, Chiffonette, Brize, chez lesquels vous trouverez sans doute d’autres liens encore.

 

 

ps : voilà, j’aurai tenu peu de temps en mode « pause »… mais ce joli roman m’a donné envie de parler de lui. Dont acte. Pour la suite, eh bien… on verra bien, je me laisserai porter par mes lectures et mes envies J